Francophonie(s) du nord : un véritable souffle pour la troisième circonscription

arton99063

En tant que député des Français résidant en Europe du Nord (Royaume-Uni, Irlande, pays scandinaves et nordiques, pays baltes), j’aimerais vous présenter mon projet de circonscription pour les Français de cette zone. Je pense que nous pouvons réinventer nos relations avec ces dix pays grâce à une valorisation de l’idée de francophonie. En effet, la Francophonie institutionnelle est largement tournée vers le Sud et notamment vers les pays africains dans la mesure où 80% des locuteurs francophones de 2050 proviendront de ce continent. Il est logique que les efforts portent sur le développement pour favoriser une myriade de pays émergents dont certains sont francophones. Cela étant, il serait important de parier sur une nouvelle dynamique des échanges entre le Nord et le Sud au sein même de la francophonie.

J’émets l’hypothèse d’une francophonie du nord stimulant à la fois les échanges politiques, économiques et culturels dans l’optique du « juste échange » qui avait été mis en avant par le Parti Socialiste en 2011. La francophonie du nord consiste à la fois à ménager une place des pays du nord dans la francophonie et à présenter dans le nord la diversité du monde francophone. Cette réflexion est directement nourrie de mon expérience à l’Institut français de Suède et des échanges avec l’équipe et son directeur, Pierre Labbe. La circonscription des Français résidant en Europe du Nord est adaptée à cette idée. Concrètement, il existe des initiatives diverses pour faire vivre cette idée, je pense aux projets FLAM qui ont émergé au Royaume-Uni et qui fonctionnent dans les autres pays, je pense également au réseau de filières bilingues qui se développent en mettant en avant une francophonie offensive. Le commerce extérieur est un indicateur des relations entre la France et tous ces pays. Tous les entrepreneurs que j’ai rencontrés et qui travaillent à donner une image dynamique de la France à l’étranger contribuent à la progression de cette idée d’une place aménagée pour le nord au sein de la francophonie.

Conformément aux engagements qui ont été les nôtres pendant la campagne de 2012, je concrétiserai cette idée de la « France tout au long de la vie » avec l’accompagnement des programmes FLAM, la facilitation de l’emploi de nos compatriotes à l’étranger, une protection sociale efficace en cas de rupture professionnelle, une validation des acquis professionnels à l’étranger, un retour en France dans de bonnes conditions et une retraite prenant en compte les services effectués en France et à l’étranger. Je conteste le principe de la constitution d’une commission d’enquête sur l’exil des forces vives de France à l´Assemblée Nationale car elle est totalement inadaptée au monde d’aujourd’hui et véhicule l’idée que l’on part à l’étranger pour fuir notre pays. Un rapport parlementaire sur la démocratisation des Erasmus rendu par notre collègue Sandrine Doucet rend justice à ce dispositif qui incite les Jeunes à avoir une expérience à l’étranger. Le goût du voyage et de la découverte caractérise les jeunes générations, je souhaite simplement porter à l’Assemblée Nationale un récit de France en Europe du nord. Ce récit est le vôtre au fil des rencontres, des échanges et du dialogue. Puissions-nous faire résonner ensemble cette francophonie du nord pour qu’elle nous aide à diffuser une nouvelle image de la France en Europe et dans le monde.