Compte rendu de la réunion avec Hélène Farnaud Defromont, directrice de l’AEFE

Dans la perspective de mon élection au Conseil d’administration de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’étranger, j’ai souhaité rencontrer la nouvelle directrice de l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger. Mme Farnaud Defromont a ainsi pu évoquer le plan d’orientation stratégique de l’agence pour les trois prochaines années.

La nouvelle directrice de l’Agence pour l’Enseignement du Français à l’Etranger, Mme Hélène FARNAUD-DEFROMONT a rappelé l’importance qu’apportait le ministre des Affaires étrangères, Monsieur Laurent Fabius au développement du réseau de l’AEFE, l’une des composantes essentielles de la diplomatie d’influence que veut porter le Ministère des affaires étrangères.

directrice-aefe-mme-farnaud-defromond-721x376

I. Le renouvellement des principes qui ont fait les succès de l’Agence.

    • Le principe du cofinancement symbole de la qualité du partenariat entre les établissements et les associations de parents : est une préoccupation de l’Agence puisqu’elle résulte de la volonté même du législateur.

–        Actuellement le réseau de l’Agence accueille 120 00 élèves français (37,5%) et 200 000 élèves étrangers (62,5%).

 

  • Dans un cadre budgétaire contraint, le gouvernement a choisi de préserver un budget équivalent pour l’AEFE qui oblige à rationaliser les dépenses afin de développer le réseau autour d’objectifs prioritaires.

–        La réforme des aides à la scolarité entre dans sa deuxième année. Les remarques sur les dysfonctionnements dans l’organisation des commissions locales des bourses ont été entendues. Le calendrier est désormais plus simple, le rôle des commissions locales a été renforcé et certains profils spéciaux de familles sont désormais pris en compte.

–        21% des élèves français sont boursiers (21 941 élèves) et 42% des familles boursières ont obtenu l’aide à 100%.

–        Le principe de la continuité de l’enseignement de 5 à 18 ans a été réaffirmé

–        Mise en place des bourses d’excellence-major. Il s’agit de continuer à développer les liens privilégiés des étudiants étrangers francophiles avec l’enseignement supérieur français en leur garantissant une aide complète

–        Le renforcement du pilotage du réseau est également une priorité. Il s’agit notamment de mettre en commun des moyens pour la formation continue au sein de chaque zone.

 

  • Volonté de développer le réseau dans des régions stratégiques pour la France

–        Tout en conservant un réseau très important dans les régions historiques d’influence françaises, le Président de la République et le Ministre des Affaires étrangères souhaitent que le réseau se développe plus particulièrement en Amérique Latine et en Asie du Sud-Est.

 

  1. La mise en œuvre d’une nouvelle orientation stratégique

 

  • L’AEFE cherche à conclure un contrat d’objectifs et de moyens avec le ministère des Affaires étrangères qui permettrait d’allouer les moyens pour la mise en œuvre du plan d’orientation stratégique.
  • Une réunion interministérielle sera organisée sur l’enseignement du français à l’étranger sera organisée à l’automne. Elle permettra de structurer une politique gouvernementale sur cette question.
  • La mise en œuvre des outils et des actions pour l’amélioration de la gouvernance des établissements de l’AEFE figure également au nombre des priorités de l’Agence.

 

  • Nouveaux moyens de développement de la langue française à l’étranger

–        Passage d’un bilinguisme à parité horaire à l’anglais renforcé le bilinguisme est désormais remis en question par les résultats peu concluants voire les difficultés que rencontrent certains élèves dans l’apprentissage du bilinguisme horaire dès la maternelle compliqué car polarisation dans une classe au détriment du français. La solution envisagée est l’anglais renforcé.

–        La question du bilinguisme avec le français dans les établissements nationaux est dorénavant envisagée avec le Label France éducation, créé en 2012 dans le cadre du plan de développement de l’enseignement français à l’étranger conçu par le ministère des Affaires étrangères et en lien avec le ministère de l’Education Nationale, ce programme permet d’identifier, de reconnaitre et de promouvoir les établissements scolaires étrangers d’excellence à programmes nationaux qui contribuent au développement de la langue française et de la culture francophone avec un cahier des charges assouplis par décret qui permettra à un plus grand nombre d’écoles partenaires de promouvoir le français à l’étranger.

–        Le programme FLAM : l’AEFE apporte un soutien financier à des associations locales désireuses d’assurer la maîtrise de la langue française à des enfants français non scolarisés au sein du réseau homologué.

–        Tirer pleinement parti des potentialités des nouvelles technologies en faisant entrer les établissements dans l’ère du numérique pour mettre à disposition des élèves, des enseignants et des familles de nouveaux services et de nouveaux outils : mise en place de la spécialité informatique et sciences du numérique au lycée afin d’explorer la possibilité d’apporter à tous les élèves une initiation aux sciences du numérique dès l’école primaire.