Compte-rendu du déplacement à Oslo

Le 1er octobre dernier, je me suis rendu en Norvège pour rencontrer les Français d’Oslo ainsi que les acteurs institutionnels qui font vivre cette communauté. J’ai eu le plaisir de rencontrer une partie des équipes du Lycée René Cassin, de m’entretenir avec l’Ambassadeur ainsi qu’avec la Consule et le Conseiller Consulaire Stéphane Mukkaden. J’ai également pu visiter l’Institut Français et les services économiques. J’ai eu aussi l’occasion de rencontrer deux parlementaires norvégiens pour échanger sur différents sujets bilatéraux.

Lycée Français d’Oslo

V__C36B(1)Le lycée René Cassin compte 614 élèves avec environ 60% de Français et 25% de Norvégiens. La population scolaire compte environ 75% d’élèves qui ont la nationalité norvégienne. On observe donc une population mixte avec une forte proportion d’élèves à double-nationalité. Le proviseur, Monsieur Christophe Nerrand, considère son établissement comme un établissement de « quartier ». Il m’a aussi fait part du partenariat avec l’Institut Français qui inscrit dans le programme de l’établissement de nombreuses échanges culturels.
60% du budget de cet établissement conventionné vient des droits d’écolage. Le reste provient de subventions norvégiennes grâce à un accord bilatéral avec la France. Suite à des besoins importants pour le fonctionnement de l’établissement, les frais d’écolage ont augmenté de 10% l’année dernière.
Nous avons beaucoup parlé des questions du suivi des enfants ayant des difficultés scolaires ou des troubles d’apprentissage. J’ai apporté mon soutien sur ce sujet à l’équipe du lycée : l’inclusion des publics dans leur diversité doit être une priorité. J’ai d’ailleurs inscrit l’établissement comme bénéficiaire d’une partie de ma réserve parlementaire 2015 pour qu’il puisse faire face à ce type de prise en charge spécifique.

Nous avons abordé le sujet du projet de relocalisation de la partir collège/lycée dans l’idée de créer un campus international (Norvège, France, Allemagne) tout en gardant la convention avec l’AEFE pour le suivi de la scolarité.
Entretien avec l’Ambassadeur

Avec Monsieur l’Ambassadeur Jean-Marc Rives, nous avons parlé de la communauté française et de la vie de ses associations. Celui-ci m’a indiqué que cette communauté comprenait différentes tranches d’âges avec une représentation importante des jeunes Français.
Nous avons discuté des différentes associations créées dernièrement et de sa vision du travail transversal au sein de l’Ambassade. Il m’a expliqué que les Norvégiens avaient beaucoup de clichés sur la France (difficultés de la langue, l’accueil, l’absence d’enseignement en anglais) et qu’il y avait un travail à faire sur la promotion du français et l’attractivité de l’enseignement supérieur en France.
Monsieur l’Ambassadeur m’a aussi précisé qu’un nouveau Consul honoraire prenait ses fonctions à Stavanger ainsi qu’à Tromsø.

Services Consulaires

La Consule, Elodie Weiss, me confirme que 4990 Français (dont 977 qui sont à Stavenger) sont inscrits au registre en me précisant une petite baisse sur les 9 premiers mois de l’année. Les chiffres expriment un vrai projet d’installation, notamment grâce aux avantages sociaux : 70% des Français inscrits au registre ont moins de 40 ans et 57% résident en Norvège depuis plus de 5 ans. Grâce à une parfaite maîtrise de l’anglais parfait, il est possible en Norvège d’accéder facilement au marché du travail.
Nous abordons l’incompatibilité pour un Français de prendre la nationalité norvégienne en conservant sa nationalité française: 16 dossiers de demande d’abandon de nationalité française ont été reçus au Consulat en un an.

Rencontres de parlementaires norvégiens

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec deux membres du Parlement Norvégien : Else May-Botten du Parti Travailliste Norvégien (Arbeiderpartiet) et Heikki E Holmås du Parti de Gauche Socialiste. Je ferai un compte-rendu de nos échanges dans un article ultérieur.

L’Institut Français d’Oslo

L’Institut Français a mis en place des conventions binationales sur la formation professionnelle avec un envoi de Norvégiens vers la France pour étudier WP_20141001_001l’aquaculture ou l’hôtellerie. Une convention a été signée avec Total à Stavanger pour ouvrir une annexe de l’Institut : financement de 500 000K par Total destiné uniquement à la branche de Stavanger.
L’Institut Français d’Oslo a beaucoup d’atouts : renouvellement d’offres de cours et débats d’idées sont une constante.

A l’Institut, comme au Consulat, nous avons parlé de la question des salaires et de la fiscalité des recrutés locaux. J’ai bien conscience, ainsi que mes collègues représentant les Français de l’étranger, que cette question est épineuse. Les revendications sur les avantages sont différents d’un pays à un autre et nous devons avancer prudemment pour ne pas créer une remise à plat du système fiscal des recrutés locaux qui leur soit défavorable.
Services Economiques et Ubifrance

Premier ou deuxième fournisseur d’hydrocarbures de la France selon les années et principalement de gaz, la Norvège représente le 5ème déficit bilatéral de la France. A cause d’un certain protectionnisme du côté norvégien, le secteur de l’agroalimentaire reste un terrain difficile à explorer. Les services économiques m’ont fait part du fait que les marchés norvégiens sont difficiles à pénétrer, cela demande de la patience, des réseaux consolidés et une recherche de qualité. Cela m’a été confirmé lors de la permanence téléphonique que j’ai tenue le lendemain.

Entretien avec Stéphane Mukkaden, Conseiller Consulaire Norvège/Islande

V__CC52

 

J’ai eu le plaisir de rencontrer Stéphane Mukkaden, membre de l’Association Français du Monde en Norvège nouvellement élu conseiller consulaire. Nous avons discuté du rôle de conseiller consulaire et des actions à mener en Norvège pour améliorer la vie de nos compatriotes.

 

 

 

Réunion publique

WP_20141001_002Ce déplacement était l’occasion de rencontrer la communauté française d’Oslo pour expliquer mon action et répondre aux questions sur la politique française. Nous avons échangé au sujet des institutions, de l’enseignement français à l’étranger, mais aussi de l’intervention militaire française en Irak et en Syrie. Le lendemain, j’ai tenu une permanence téléphonique pour les Français établis en Norvège qui n’ont pas pu se déplacer pour me rencontrer.