Quels objectifs pour les Lignes Grande Vitesse?

M. Christophe Premat attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur les conclusions du rapport de la Cour des comptes concernant l’avenir du TGV en France. Alors que ce secteur est présenté comme l’un des fleurons de l’industrie française, aucune des grandes lignes de grande vitesse n’atteint les objectifs prévus. Les effets d’annonce publique masquent une réalité beaucoup plus terne. Hostile à l’idée de devenir l’exploitant de lignes non rentables, la SNCF pourrait néanmoins faire plus pour contrer l’essoufflement financier du TGV. Entre 2008 et 2013, le taux de marge enregistré par l’entreprise dans cette activité est passé de 29 % à 12 % du chiffre d’affaires. Selon la Cour des comptes, « le risque est grand de voir le transporteur national aborder l’inéluctable ouverture à la concurrence de son activité voyageurs dans une position de faiblesse préjudiciable à son avenir ». Il aimerait savoir si, dans le cadre de la réforme ferroviaire adoptée par le Parlement au printemps 2014, une réévaluation des objectifs des LGV pourrait être effectuée.

Retrouvez ma question écrite sur le site de l’Assemblée Nationale.