Compte-rendu du déplacement à Londres du 26 au 30 octobre

Du 26 au 30 octobre, j’ai eu le plaisir d’effectuer mon deuxième voyage à Londres depuis le début de mon mandat. Au delà des deux permanences téléphoniques tenues pour les Français résidant en Angleterre et au Pays de Galles qui souhaitaient s’entretenir avec moi de manière individuelle, j’ai pu m’entretenir avec Madame Sylvie Bermann, Ambassadeur de France au Royaume-Uni et rencontrer des acteurs clés de la vie de la communauté française à Londres.

Entretien avec Madame l’Ambassadeur

Lors de mon entretien avec Madame Sylvie Bermann, nous avons échangé sur la question du Consulat d’Edimbourg. La réduction des effectifs dans le cadre d’une transformation du Consulat en Consulat d’Influence inquiète tant les agents du Consulat que les usagers. J’ai prôné une pédagogie exemplaire à ce sujet. J’ai demandé à l’Ambassadeur une annonce des modalités claires et en concertation avec tous ainsi qu’un rétroplanning précis. Je souhaite notamment que des solutions annexes puissent être mises en place comme la valise Itineris. Retrouvez la lettre envoyée aux Français d’Ecosse le 6 novembre ici.

Nous avons aussi abordé la question des flux migratoires de la France vers la Grande-Bretagne. Le chiffre de 20 000 entrées pas an confirme que la « génération Eurostar » a envie d’Europe sans pour autant qu’il y ait un pic d’arrivées. Enfin, nous avons discuté de la question de l’éducation française à Londres. J’ai fait part à l’Ambassadeur de mon combat pour renforcer le bilinguisme. À l’heure actuelle, 85% des élèves français sont scolarisés dans le système éducatif britannique. Le bilinguisme reste d’après moi la réponse essentielle à cette population en dehors du réseau AEFE.

 

Rencontre avec les représentants des parents d’élèves du Lycée Charles de Gaulle et du Collège Français Bilingue de Londres.

À l’occasion de ce déplacement, j’ai souhaité rencontrer Virginie Royer, responsable de l’Association des Parents d’Elèves du Lycée Charles de Gaulle, et Elisabeth O’Regan, responsable de l’Association des Parents d’Elèves du Collège Français Bilingue de Londres. Leurs points de vue sur la situation de l’éducation dans les écoles françaises de Londres sont importants pour moi, en tant que député mais aussi en tant que membre du Conseil d’Administration de l’AEFE.

Plusieurs sujets majeurs ont été abordés notamment la question de la participation des parents à 65% du budget global, la visibilité sur les augmentations qui ont plus que doublé en deux ans. Nous avons parlé de l’Observatoire des frais de scolarité, idée avancée par Axelle Lemaire du temps où elle était députée et que je soutiens. La question de la baisse des bourses qui mène à une baisse de la mixité sociale au sein des écoles du réseau inquiète, à juste titre, les représentants des parents dont je ferai remonter les observations à l’AEFE. Il y a définitivement une relation à améliorer entre les parents et l’AEFE par le biais des équipes de direction pour plus de communication et d’écoute. Je préconise des modèles de fonctionnement qui s’imprègnent de la culture du pays : nous ne pouvons calquer le modèle français à l’étranger, nous avons besoin de souplesse sous peine de renforcer l’inégalité des chances.

 

Réunion Publique

B0-QECaIQAAsive.jpg-largeJ’ai tenu une réunion publique sur le thème «Vivre à l’étranger: un défi ou un exil? », un thème volontairement provocant pour faire écho aux polémiques sur les flux migratoires des Français. Les approches simplistes des médias français et de certaines personnalités politiques posent la question de l’honnêteté intellectuelle accordée à ce phénomène. J’ai rappelé ce soir-là que nous ne devions pas avoir peur de cette mobilité. Il faut d’après moi plutôt travailler à faciliter l’impatriation que critiquer l’expatriation qui reste une force culturelle et économique à travers le monde.

J’ai eu le plaisir de partager mes vues sur cette question avec la radio francophone « French Radio London » (interview ici).

Atout France

J’ai été reçu par Gwenaelle Delos afin d’échanger sur les actions du bureau Atout France de Londres qui s’occupe de la Grande Bretagne et de l’Irlande. Le tourisme a été décrit comme grande cause nationale par le Président François Hollande. Le secteur du tourisme est extrêmement concurrentiel. Le marché britannique est important pour la France avec 12,6 millions de touristes par an sur un total de 84,7 millions de visiteurs étrangers. C’est la deuxième clientèle étrangère en France et les Britanniques font de la France leur première destination pour les résidences secondaires. Nous avons discuté de l’Irlande qui représente 300 000 clients pour la France.

 

Chambre de Commerce

Florence Gomez, Directrice de la Chambre de Commerce Franco-Britannique, gère une des cinq plus importantes chambres de commerce du monde. Cette structure qui existe depuis 1983 compte 600 entreprises membres avec plusieurs niveaux d’adhésion. Avec un budget dont les recettes sont assurées par les frais d’adhésion, l’appui aux entreprises, l’organisation d’événements et de publications, la Chambre de Commerce a une grande influence dans le milieu des affaires franco-britannique. Les secteurs porteurs identifiés sont : les industries créatives, l’énergie, le numérique, les services financiers et les transports.

Je souhaite à titre personnel que les Chambres de Commerce à l’étranger puissent contribuer à l’internationalisation de nos PME, sujet essentiel pour améliorer l’état de notre commerce extérieur.

 

Ubifrance

Avec Hervé Ochsenbein, le directeur des bureaux Ubifrance à Londres et Dublin, nous avons discuté notamment du rapprochement en cours entre Ubifrance et l’AFII et de ses impacts sur le bureau londonien. Cette fusion a pour but de renforcer l’attractivité de la France à l’étranger en rassemblant les forces présentes. Avec 700 entreprises accompagnées, Ubifrance UK/Irlande a vu 35% de ses entreprises conclure une affaire ou en passe de le faire. L’AFII a quant à elle suivi 85 projets dont 18 ont abouti, ce qui a permis de créer 1674 emplois et et de maintenir 277 emplois en France.

 

Centre Charles Péguy

B1GzD4eCEAEvAri.jpg-largeLe Centre Charles Péguy (CCP) est une association à but non lucratif de droit britannique créée en 1954. Guillaume Dufresne, directeur du CEI, et Marine Deneux, responsable du Centre Charles Péguy, m’ont fait une présentation de ce Centre qui a pour but de venir en aide aux jeunes Français à peine arrivés à Londres, et bien souvent en difficultés (logement, emploi, niveau de langue). La cotisation annuelle est de £60, ce qui peut être élevé pour un jeune qui arrive à Londres avec le minimum vital. Le Centre n’étant pas une agence de placement, il est délicat de demander une participation aux entreprises qui présentent leurs offres. Cependant, d’autres sources financières sont possibles et les équipes du CCP ne manquent pas d’idées pour continuer à faire vivre cette structure qui accueille plus de 1000 membres avec 200 000 visites sur le site par an. Le taux de placement des jeunes est de 80%, ce qui est remarquable.

 

Déjeuner avec Renaud Digoin-Danzin

Je me suis entretenu avec Renaud Digoin-Danzin, Conseiller Consulaire et élu à l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE). Nous avons discuté de la politique du gouvernement et des actions à mener pour les Français vivant en Grande-Bretagne. Nous avons aussi abordé sa vision de l’AFE et ce qu’il souhaitait accomplir durant son mandat. Vous pouvez vous tenir informés de ses activités sur son blog.

 

Rencontres avec le Labour Party

A la suite de la lettre de mission envoyée par mon collègue Philip Cordery, Député des Français du Bénélux et Secrétaire National à l’Europe au Parti Socialiste, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Jo Blackman, responsable des relations internationales pour le Labour Party. Nous avons parlé des prochaines échéances électorales de 2015 en Grande-Bretagne ainsi que de la politique actuelle des gouvernements français et britanniques. J’ai aussi rencontré Martin Collins, chargé de mission au sein du groupe parlementaire « Irish in Britain ». Les membres de ce groupe souhaitent que je vienne tenir une conférence sur le thème de la représentation de la communauté nationale à l’étranger, l’Irlande ayant une population vivant à l’étranger estimée à 1 million de personnes nées Irlandaises et 3 millions de personnes détenant un passeport Irlandais vivant à l’étranger.