Débat d’orientation pour la stratégie numérique de la France

 

Le 14 janvier, lors du débat d’orientation pour la stratégie numérique de la France, j’ai posé une question à la secrétaire d’Etat Axelle Lemaire au sujet du numérique comme lien entre les Français de l’étranger et l’administration tout en insistant sur la sécurité des données.

Le numérique est une opportunité extraordinaire pour adapter nos services publics en les rendant plus performants, plus efficaces et plus rapides. Comment expliquer à nos concitoyens la complexité des démarches administratives à l’heure où la plupart des services sont accessibles sur des tablettes ou des smartphones ?  

Le numérique est aussi un moyen comme vous l’avez rappelé de lutter contre l’éloignement de l’administration avec certains de ses administrés.

Nos concitoyens résidant hors de France sont les premiers témoins de cet éloignement puisque vivant à l’étranger, leur seul contact avec l’administration française se trouve pour la plupart dans les services rendus par les consulats parfois à des centaines de kilomètres de leur lieu de résidence. La nécessité de les rapprocher est d’autant plus impérative au moment où le redéploiement consulaire conduit notre gouvernement à adapter notre réseau en réduisant les effectifs de certains postes et consulats.

La dématérialisation des services administratifs devrait permettre à nos concitoyens résidant à l’étranger de faciliter leurs démarches pour obtenir certains documents indispensables comme leur carte d’identité ou leur passeport mais aussi de favoriser leur inspiration

Un pays dans ma circonscription est extrêmement en pointe sur ces questions : il s’agit de l’Estonie qui permet à n’importe quel internaute de devenir un « e-citoyen ». Elle ouvre certains droits et permet surtout d’accéder aux démarches administratives en ligne. Elle a aussi pour objectif de favoriser l’attractivité de l’Estonie à l’étranger en permettant à des investisseurs de s’implanter en Estonie.

En même temps, nous le voyons en ce moment avec la bataille que se livre certains pirates informatiques, le monde virtuel n’est pas forcément un terrain pacifique. Il peut même être l’objet de toutes les dérives, notamment du vol d’identité ou de données.  

C’est donc l’objet de ma question madame la secrétaire d’Etat: comment  rapprocher le citoyen de son administration, faciliter ses démarches, lui offrir une meilleure qualité de service public tout en protégeant son identité et les données qu’il communique ?   

Retrouvez l’intégralité du débat sur le site de l’Assemblée Nationale