Lancement de l’année européenne du développement : communiqué du Parti Socialiste

Cela a été officiellement annoncé le 9 janvier à Riga : 2015 sera l’année européenne du développement. Elle marque également la fin des Objectifs du Millénaire pour le développement. Annick Girardin, secrétaire d’Etat à la francophonie et au développement, y était présente.

Face aux évènements tragiques qui ont récemment touché la France en plein cœur, les États européens ont démontré leur volonté de défendre plus que jamais les valeurs de solidarité, de liberté, de paix et de sécurité. Mais certains enjeux sont transnationaux et nécessitent que ce combat se mène également au niveau mondial. En effet, c’est au quotidien que certains pays en développement vivent l’insécurité et la violence. Comme l’a indiqué Federica Mogherini, la Haute représentante pour les Affaires étrangères, 1,4 million de personnes perdent la vie chaque année à cause de la violence dans le monde. En moyenne, un pays touché par de graves violences entre 1981 et 2005 aura un taux de pauvreté plus élevé de 25 % par rapport à un pays ayant connu la paix.

Confrontée à ce constat, l’Union européenne se doit de repenser sa politique d’aide au développement et la faire gagner en efficience. Les États européens doivent se coordonner et davantage s’impliquer en s’assurant auprès des gouvernements bénéficiaires que l’aide versée se traduise en réformes et en investissements dans les domaines institutionnel, économique, social, sanitaire.

Les extrémismes prospèrent fréquemment sur le désespoir de populations isolées, démunies, victimes aussi d’une corruption galopante et de mauvaise gouvernance.
Dans ce cadre, la lutte contre le terrorisme passe par une solidarité plus efficace avec un contrôle des fonds alloués aux pays en situation de pauvreté afin qu’ils permettent de mettre en place des dispositifs au service du plus grand nombre.