Intervention devant la section PS du 12ème arrondissement de Paris

C’est dans un contexte particulier que je suis intervenu le 13 janvier devant la section du 12ème arrondissement à l’invitation de sa secrétaire de section Pauline GREGOIRE-MARCHAND. La section était encore marquée par la prise d’otages qui avait eu lieu au sein de l’arrondissement dans l’Hyper-Casher de la porte de Vincennes.

J’ai souhaité ouvrir mon intervention sur l’émotion suscitée par les attaques terroristes au sein des pays de la circonscription. Il m’a semblé important d’aborder l’ambiguïté du slogan « Je suis Charlie » dont le « Je » privatise un élan collectif. J’ai souligné combien cette individualisation pouvait recouvrir des interprétations différentes et contrastait avec le désir d’unité qui animait les manifestants.

IMG_0219

J’ai également souhaité aborder la question de la figuration du sacré qui est une norme occidentale et dont on sait qu’elle soulève des problèmes au sein d’autres sociétés. J’ai ainsi évoqué la réticence de nombreux médias des pays de la circonscription à reproduire les dessins de Charlie Hebdo. Il est ainsi remarquable que le Jyllands Posten qui s’était illustré par la publication des premières caricatures de Mahomet en 2005 ait refusé d’illustrer ses articles consacrés aux attaques terroristes par des dessins tirés de Charlie Hebdo. De même, j’ai voulu éclairer la singularité de la tradition satyrique française qui est sans équivalent dans les pays du Nord.

J’ai aussi voulu évoquer la singularité de la laïcité française par rapport aux pays de la circonscription. J’ai ainsi présenté l’approche nordique de la laïcité, notamment en Suède, dans lequel le fait religieux est encore un élément structurant de la communauté. J’invite du reste les personnes intéressées à lire la très intéressante synthèse réalisée par Frédérique Harry pour La Documentation Française sur cette question.

J’ai ensuite échangé librement avec les militants sur différentes thématiques concernant les pays de la circonscription. Il fut bien sûr question de l’éducation, thématique qui m’est particulièrement chère et qui est un élément essentiel du processus de socialisation des individus. J’ai également porté l’accent sur l’importance de la régulation collective dans les pays du Nord et sur la singularité de leurs processus de production des normes. J’ai réaffirmé à cette occasion la nécessité de lutter contre la privatisation des espaces publics pour renforcer la société. Le modèle de l’individu entrepreneur de son projet de vie ne me semble pas susceptible de favoriser l’investissement dans l’espace public.

J’ai ainsi réaffirmé la nécessité de trouver un équilibre entre l’individu et le collectif. J’ai souligné que les pays du Nord pouvaient nous offrir des éléments de réflexion stimulants à cet égard.