Université des Antilles : « le débat a tout de suite été très politique »

Vous pouvez retrouver mon interview avec Marine Miller

ETA – Paris – mardi 24 février 2015 – Actualité n° 34959

« Dès les premières auditions pour mon rapport, j’ai tout de suite senti que le dossier était très sensible compte tenu des implications des conseils régionaux de Martinique et de Guadeloupe et de l’affaire en cours d’instruction concernant le laboratoire Ceregmia (Centre d’Etude et de recherche en économie, gestion, modélisation et informatique appliquée) qui empoisonne le débat », explique Christophe Premat député socialiste des français de l’étranger, et auteur d’un rapport sur l’université des Antilles au nom de la commission éducation de l’Assemblée nationale.

Une semaine très tendue politiquement

*   « Mon rapport avait été approuvé en commission le 11/02/2015, mais à l’occasion de l’examen en séance publique, deux amendements ont fait surface : l’un sur le patrimoine immobilier et l’autre sur la gouvernance de l’université. Le Sénat avait voté une gouvernance à trois, entre un président et deux vice-présidents de pôle, ce qui paraissait très adaptée à la situation locale. La semaine du 16/02/2015 a été très politique avec le recours du gouvernement à l’article 49-3 pour l’adoption de la loi Macron. Les débats en séance ont donné une couleur politique à ce texte. »

*   « J’ai l’impression que l’on veut faire de ce projet de loi un problème ultra-marin en oubliant les aspects universitaires. Aux Antilles, les étudiants et les enseignants sont sous tension, la moindre phrase est commentée. Désormais c’est la CMP (commission mixte paritaire) qui n’a pas encore été convoquée qui devra trouver un compromis sur le texte. Il faut que la gouvernance reste universitaire et pas territoriale ».

Rapport Igaenr et de la Cour des comptes sur le laboratoire Ceregmia
La mission conjointe de l’Igaenr (Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche) et du CGEFI (Contrôle général économique et financier) ont rendu un rapport, le 13/05/2014, préconisant un certain nombre de mesures concernant le laboratoire Ceregmia. Dans la foulée du rapport de la Cour des Comptes qui a examiné les finances de l’université de 2005 à 2010, Corinne Mence Caster, présidente de l’université des Antilles Guyane, a pris la décision de suspendre de leurs fonctions les directeur et directeur adjoint du laboratoire Ceregmia en mai 2014.