Situation de l’Institut Français en Ecosse : la réponse peu satisfaisante du Ministère des Affaires étrangères

Suite à mon déplacement en Ecosse du 22 au 25 février, j’ai envoyé un courrier à Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères, afin de l’interpeller sur les conséquences qui résulteraient de la fusion des postes du Consul général et du Directeur de l’Institut Français d’Edimbourg. J’ai récemment reçu la réponse de Monsieur Laurent Fabius à mon courrier (vous pouvez lire la réponse ici).

Cette réponse du Ministre n’est absoluement pas satisfaisante à mon sens. Au regard de cette réponse, le Ministre ne semble pas avoir saisi les enjeux soulevés par la place de l’Institut Français en Ecosse. Je continuerai ainsi à défendre la spécificité de l’Ecosse et l’importance de préserver deux postes distincts entre le Consul général et le Directeur de l’Institut Français.

Le 10 mars dernier, j’avais également sollicité le Ministère des Affaires étrangères par l’intermédiaire d’une question écrite sur ce sujet.

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Ministère à ma question écrite qui, une fois de plus, ne répond pas aux préoccupations soulevées par ma question :

« Afin de répondre aux priorités géographiques et aux enjeux actuels de diplomatie globale, le réseau culturel extérieur inscrit son action dans une adaptation permanente de ses dispositifs et de ses moyens. C’est le cas en Europe, où les modalités traditionnelles et le coût de notre fonctionnement doivent, selon les situations, nous inciter à imaginer à moyen terme d’autres formules pour développer une présence efficiente, dynamique et moderne. Dans le cadre de la transformation du consulat général d’Edimbourg en poste à gestion simplifiée, le Consul général reprendra la direction de l’antenne de l’Institut français du Royaume-Uni (IFR) en Ecosse. Cette fusion lui permettra de disposer de tous les canaux pour mener à bien sa mission d’influence dans les secteurs politique, économique, universitaire et culturel. Cette mesure ne vise pas à amoindrir la présence française en Ecosse mais permettra bien de continuer à assurer l’ensemble des missions du MAEDI de manière cohérente et de renforcer les relations entre la France et l’Ecosse. Le MAEDI porte une attention particulière au recrutement du futur Consul général et accompagnera l’antenne d’Edimbourg dans son évolution. Les partenariats fructueux développés par l’actuel directeur ont vocation à être consolidés et le Consul général, qui bénéficiera du soutien et de l’expertise d’une équipe spécialisée, se verra confier la mission de poursuivre l’action culturelle et la coopération linguistique et éducative en Ecosse. Les cours de français seront toujours proposés par l’Institut français, garantissant ainsi le rayonnement mais également la santé financière de l’établissement. Le Consul général sera nommé ordonnateur délégué et sera appuyé par le secrétariat général basé à Londres, qui centralise les questions administratives et de gestion au Royaume-Uni. L’antenne d’Edimbourg, qui représente 9 % du budget de l’IFR, ne verra pas son circuit comptable actuel affecté. »

Retrouvez ma question et la réponse du Ministère sur le site de l’Assemblée Nationale.