#8 Portraits des Français de l’étranger

Pour ce 8ème portrait des Français de l’étranger, on s’intéresse au parcours d’un expatrié installé à Londres depuis quelques années.

Crédit photo : Serge Bouvet

Crédit photo : Serge Bouvet

1/ Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer à l’étranger?

J’ai passé un an en Erasmus dans l’Ouest de Londres car j’avais la volonté de parfaire mon Anglais et de le parler couramment. J’ai découvert au Royaume-Uni une culture qui, même si relativement proche de celle de la France, offrait des différences agréables et une manière de voir le monde un peu différente. Après avoir reçu mon diplôme d’ingénieur en télécommunications, j’ai décidé de retourner m’installer au Royaume-Uni et plus particulièrement à Londres, ville la plus cosmopolite du monde. Je crois que cette dimension très internationale est quelque chose qui me plait beaucoup.

2/ Pouvez-vous nous raconter votre parcours professionnel et personnel d’expatrié depuis votre installation jusqu’à aujourd’hui et la relation que vous entretenez avec le pays dans lequel vous vivez ?

Je me suis expatrié il y a donc quatre ans maintenant. Après avoir travaillé deux ans pour Qualcomm sur des modems de smartphone, j’ai pris part à un projet de recherche avec l’University College London (UCL) qui m’a amené à vivre 10 mois aux Philippines. Je suis maintenant de retour à Londres et je travaille sur le traitement des données recueillies pendant notre étude.

3/ Quelles sont les spécificités locales de votre pays d’accueil qui pourraient être les plus bénéfiques à transposer en France ?

Le Royaume-Uni n’a pas que des avantages, en comparaison avec la vie en France et je pense particulièrement à la politique de rigueur budgétaire qui crée un réel risque à court terme de voir la qualité des services publics, notamment de santé, se réduire. Cela dit, le marché du travail est plus flexible et les gens sont généralement plus ouverts et simples dans leurs manières d’aborder le travail. Un aspect très agréable de la vie de tous les jours est la quasi-absence de quartiers « chauds ». En effet, la mixité sociale est bien plus importante à Londres qu’à Paris avec une obligation d’avoir des logements subventionnés par l’Etat dans tous les quartiers et la construction de logements types HLM de taille beaucoup plus petite qu’en France. Cela crée un paysage urbain plus homogène et limite le sentiment d’insécurité.

4/ Qu’est-ce que vous apporte le fait d’être Français dans votre pays d’accueil ?

Londres n’est pas si éloigné de la France. Après tout, il s’agit de la 5 ou 6ème ville de France en terme de population avec 400 000 ressortissants français. Il est aussi agréable de voir que la culture française est hautement valorisée ici et qu’il est donc bon d’être Français à Londres.