#9 Portraits des Français de l’étranger

P9

1/ Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer à l’étranger?

J’ai décidé de venir vivre au Royaume-Uni pour à peu près 5 ans dans l’objectif de perfectionner l’usage de la langue anglaise et de gagner une expérience humaine en m’intégrant totalement dans la société britannique, sur le plan professionnel et personnel.

2/ Pouvez-vous nous raconter votre parcours professionnel et personnel d’expatrié depuis votre installation jusqu’à aujourd’hui  et la relation que vous entretenez avec le pays dans lequel vous vivez ?

Le choix de rester au Royaume-Uni fut facile. J’ai  trouvé un travail assez facilement et une trajectoire de carrière s’est dessinée rapidement. Il aurait été négatif de rentrer en France. Tout travail offert en France pendant les premières années de mon séjour en Angleterre me reléguait à une position inférieure à celle que j’occupais.

En 1975, j’ai obtenu le poste de secrétaire dans un cabinet d’avocat à Paris, et je me suis spécialisée dans l’une des premières machines à écrire automatique.

En 1976 je me suis installée dans la banlieue ouest de Londres et au fur et à mesure de mon évolution professionnelle, j’ai obtenu de nombreuses responsabilités, notamment dans des postes de management.

En 1983, j’ai épousé un anglais, on a acheté une maison et mon séjour est devenu permanent.

Depuis 2008, je travaille au sein d’une société internationale de « supply chain and distribution ». Dans 5 ans, je serai arrivée à l’âge de la retraite ce qui me permettra d’offrir plus de temps à des projets caritatifs.

Je suis devenue « la Tante en Angleterre » et j’ai reçu beaucoup de jeunes de la famille et amis qui venaient faire un séjour linguistique. C’est toujours un plaisir.

J’habite proche de mon travail et commute à pied les ¾ du temps. Je considère que la qualité de ma vie est bonne.

3/ Quelles sont les spécificités locales de votre pays d’accueil qui pourraient être les plus bénéfiques à transposer en France ?

Le système français était très basé sur les diplômes et donnaient priorité aux hommes pour les perspectives de carrière. Très vite on m’a fait confiance et on m’a donné les possibilités d’apprendre et d’évoluer. Ce sens d’être en contrôle de ma destinée a été la clef de ma décision de rester en Angleterre. Il y a trop longtemps que j’ai quitté le monde du travail français dans lequel je n’y suis restée qu’un an.

4/ Qu’est-ce que vous apporte le fait d’être Français dans votre pays d’accueil ?

Le fait d’être Française en pays étranger oblige à une ouverture d’esprit, de cœur et d’émotion à ce qui est étranger, autre, différent et à intégrer cette différence car l’étranger, l’autre, le différent, c’est nous même.

Tout ça a enrichi ma personnalité et en même temps celles des gens du pays qui me sont chers, que je côtoie, avec lesquels je travaille et influence parce que je suis l’étrangère, l’autre, la différente, et je reste fidèle à moi-même malgré tout.

La peur de l’autre est basée sur la méfiance de l’inconnu.

Depuis 7 ans je travaille dans une société totalement internationale et je bénéficie énormément d’avoir des collègues de toutes nationalités. J’ose espérer que j’ai un même effet sur eux en retour.

Pour participer au projet des Portraits des Français de l’étranger, cliquez ici.