Les frais de scolarité dans les établissements français à l’étranger : ma question au Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger

M. Christophe Premat attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger sur l’augmentation des frais de scolarité dans les établissements français à l’étranger. Il s’interroge sur les solutions à apporter aux familles, notamment suite aux pistes apportées par le rapport parlementaire de Claudine Lepage et de Philip Cordery. La réduction de la dépense publique nous impose de trouver de nouvelles mesures pour permettre non seulement l’apprentissage du français mais aussi la vision pédagogique française à l’étranger. Les frais de scolarité sont un sujet sensible dont il est important de débattre pour assurer la pérennité du réseau dans le respect de nos compatriotes. Dans le même temps, la demande explose avec notamment l’ouverture du nouveau lycée Wembley à la rentrée 2015. Il apparaît essentiel que toute la transparence soit faite sur le fonctionnement de ces établissements car il est à craindre que l’ouverture de nouveaux lycées privés ne fragilise à long terme le réseau de l’AEFE en créant un effet de dilution des frais de scolarité et de facto une sélection des publics par l’argent. Il prône, dans sa circonscription d’Europe du Nord, une approche par immersion pour endiguer ce phénomène d’ouverture des lycées privés qui apportent plus de places mais aussi moins d’intégration. Nous avons la chance, en Europe, de pouvoir encourager les rapprochements pédagogiques via notamment le développement des filières bilingues. Sa question est simple : il souhaiterait savoir, suite à la réception de ce rapport, quelles sont les actions qui vont en découler et si des mesures facilitant les partenariats et le bilinguisme sont envisagées par le ministère ?

Retrouvez ma question sur le site de l’Assemblée Nationale.