Evolution à Calais – Reprise des actifs de la compagnie maritime MyFerryLink

1248114844_B975695700Z.1_20150602093052_000_GP64JQHK1.1-0
Depuis plusieurs mois, Emmanuel Macron et Alain Vidalies suivent avec une grande attention l’opération de reprise des actifs de la compagnie maritime calaisienne MyFerryLink. Lundi 29 juin, le tribunal de commerce de Boulogne n’a pas donné suite à la demande exprimée par les administrateurs judiciaires, de reconduire pour deux mois les contrats de location des navires à la Scop SeaFrance. Cette requête des administrateurs judiciaires avait pour but de prolonger les négociations avec les différentes sociétés intéressées, afin d’améliorer les offres de reprise, notamment au plan de la sauvegarde des emplois. Pour autant, les Ministres considèrent que la décision du tribunal de commerce n’exonère pas le Groupe Eurotunnel de poursuivre ces négociations et de parvenir ainsi à une solution acceptable au plan de l’emploi.

Comme je l’ai dit lors de mes différentes interviews (le dernier donné à la BBC Belfast vendredi dernier), il y a d’abord un travail de coopération transfrontalière à réaliser en prenant soin de ne pas segmenter les marchés économiques en interface avec une multitude d’entreprises impliquées pour ne pas arriver dans ce type de situation. Les médias britanniques ont insisté sur le problème migratoire en ne traitant pas le premier problème. C’est grâce à un malentendu social que les migrants se sont engouffrés dans la brèche. Le groupe Eurotunnel a une responsabilité dans la poursuite d’un dialogue social respectueux des salariés.

Retrouvez mes interventions sur ce sujet sur la chaîne BBC (Partie 1 et Partie 2), sur BBC Radio 4 et sur BBC Radio 5.