SITUATION DES PROFESSEURS EN STATUT DE RÉSIDENT À ABU DHABI : LA RÉPONSE DU MINISTÈRE À MA QUESTION ÉCRITE

Le 9 juin 2015, j’ai interrogé le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international par l’intermédiaire d’une question écrite sur la situation des professeurs en statut de résident au lycée Louis Massignon à Abu Dhabi.

En effet plusieurs professeurs avec ce statut sont en situation difficile face à des loyers exorbitants et à une dévaluation de l’euro. En outre, la loi islamique locale punit sévèrement par une peine d’emprisonnement et le retrait du visa la remise d’un chèque sans provision. Or, dès septembre 2015, certains personnels ne seront pas en mesure de payer semestriellement ou annuellement le loyer comme il est de coutume dans ce pays. Malgré une revalorisation de l’indemnité de vie locale (ISVL) par l’AEFE, cela n’est pas suffisant face aux défis du logement.

Ma question était la suivante : Est-ce qu’il serait possible d’échanger avec les autorités locales sur ce sujet afin que ces personnels puissent être dans une situation légale et assurer dans les meilleures conditions leur mission ?

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Ministère :

« L’AEFE est très attentive à l’évolution du coût de la vie locale pour les personnels résidents aux Emirats Arabes Unis. C’est la raison pour laquelle, lors des trois derniers barèmes, l’évolution de l’indemnité spécifique de vie locale (ISVL) à Abou Dhabi a été systématiquement positive : + 6,05 % au 1er janvier 2015, + 10,10 % au 1er avril 2015 et + 12 % au 1er juillet 2015. Il existe 8 groupes de rémunération pour l’ISVL, numérotés de 1 à 8, dans lesquels les personnels sont classés au regard de leurs fonctions ou de leur indice brut. 96 % des personnels résidents de l’AEFE étant classés entre les groupes 5 (indice brut supérieur à 650) et 6 (indice brut compris entre 525 et 650), ces deux groupes sont utilisés comme références. Au 1er juillet 2015, le montant annuel de l’ISVL versée aux personnels résidents d’Abou Dhabi s’élève à 22 528 € au groupe V et 18 591 € au groupe VI. Ce montant versé aux Emirats Arabes Unis est l’un des vingt plus élevés dans le réseau. A cette ISVL s’ajoute, le cas échéant, l’avantage familial qui dépend du nombre d’enfants et de leur âge. Par ailleurs, les personnels résidents à Abou Dhabi, recrutés hors du pays, bénéficient d’avantages à leur prise de fonction (2 semaines d’hôtel prises en charge et une prime de 12.000€). Le coordonnateur délégué de la direction de l’AEFE (CDAEFE) pour la zone Moyen Orient a rencontré les représentants des personnels du lycée Louis Massignon en mars 2015 et a participé à des réunions avec l’ensemble des personnels résidents de l’établissement à plusieurs reprises pour travailler sur le sujet de la rémunération et du logement. L’agence, en lien avec le poste diplomatique, étudie des solutions auprès notamment de représentants d’entreprises françaises sur place en vue de pouvoir proposer aux enseignants une offre de logement à prix modérés, sur une base privée et individuelle. »

Je reste évidemment mobilisé pour que tous les professeurs résidents d’Abu Dhabi puissent bénéficier des moyens financiers nécessaires pour obtenir un logement et assurer dans les meilleures conditions leur travail.

Concernant le décret 2002-22 relatif à la situation administrative et financière des personnels des établissements d’enseignement français à l’étranger, j’observe les problématiques suivantes :

L’article 4 prévoit une différence de traitement entre les professeurs résidents et les professeurs expatriés.

Il se trouve que les logements qui peuvent être proposés à certains professeurs risquent de créer une disparité dans le statut. La situation des « faux résidents » mériterait également d’être discutée pour pouvoir assurer les mêmes conditions de travail et de logement pour ces professeurs.

Retrouvez ma question sur le site de l’Assemblée Nationale.