INFOLETTRE DU MOIS De septembre 2015

Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

La crise des migrants en Europe a atteint son paroxysme cet été. Les drames se succèdent. Ce sont des centaines de migrants qui ont trouvé la mort au large de la Syrie, en Autriche ou encore à Calais. 15 075, c’est le nombre effroyable de morts et de disparitions de migrants qui tentaient de rejoindre l’Europe en 2015.

La réponse politique de l’Europe a été peu lisible, avec des réactions parfois contradictoires. J’ai appelé à de nombreuses reprises à la solidarité des pays et à la nécessité de coordonner les politiques communes tout en révisant les accords bilatéraux des pays où la pression migratoire s´accentue. La solution n’est pas française, elle est européenne et bilatérale pour être pleinement efficace.

Je me félicite de la coopération franco-britannique qui a permis un accord le 20 août dernier. Celui-ci permet d’affiner la coopération entre la France et la Grande Bretagne pour parvenir à une amélioration de l’accueil humanitaire des migrants et renforcer les dispositifs de sécurisation des sites à Calais. Une volonté commune se dessine également pour lutter contre les filières d’immigration clandestine.

Nous devons cesser de nourrir l’illusion que cela peut être réglé indépendamment les uns des autres. La solution à cette crise ne se trouve pas dans le renfermement national ni dans l´érection de frontières de circonstance. C’est la volonté du Président de la République et de la Chancelière allemande qui se sont exprimés le 3 septembre dernier sur l’accueil des migrants dans les pays de l’Union européenne: La position franco-allemande que nous allons transmettre aux institutions européennes est que ceux qui ont besoin de protection (…) en bénéficient et que nous avons besoin de quotas contraignants au sein de l’Union européenne pour se partager les devoirs; c’est le principe de solidarité”.

À terme, François Hollande plaide pour aller vers un système européen  d’asile et une politique migratoire commune. Il serait bon qu´un débat plus large ait lieu sur cette thématique. L´Union européenne s´est construite sur l´idée de mobilité partagée. À nous de faire face dignement à ce défi sans oublier ce que la migration apporte à nos sociétés. Ce n´est d’ailleurs pas un hasard si l’Organisation Internationale de la Francophonie avait fait de la migration le patrimoine de l´humanité. Pour nous qui résidons et vivons à l´étranger, la question migratoire a une résonance particulière. Il est de ce point de vue essentiel que nous sachions repenser les principes de notre hospitalité et de notre solidarité au moment où le monde subit des fractures géopolitiques majeures.

Je demeure à votre écoute par courriel à cpremat@assemblee-nationale.fr ou sur les réseaux sociaux. Mes collaborateurs parlementaires à Londres et à Paris restent eux aussi à votre disposition.

Avec mes sentiments dévoués,

Christophe Premat

Vous pouvez lire l’ensemble de l’infolettre du mois d’août en cliquant ici