MIGRANTS – INITIATIVE FRANCO-ALLEMANDE

Capture d’écran 2015-09-04 à 09.53.17
Les images d’aujourd’hui, reflet d’une réalité bien plus large, sont une interpellation à l’égard de la conscience européenne. Ce qui a été engagé ne suffit plus, et l’Europe doit faire davantage, au nom de ses valeurs, qui l’obligent.C’est pourquoi le président de la République a décidé avec Angela Merkel de transmettre dès maintenant à l’Union européenne des propositions communes, notamment pour un mécanisme permanent et obligatoire permettant d’organiser l’accueil des réfugiés et une répartition équitable en Europe. C’est ce qui a été fait pour 40 000 Syriens au mois de juin, il est aujourd’hui question de 100 000 personnes : ce mécanisme est nécessaire. L’ensemble des propositions formulées seront soumises au Conseil des ministres européens de l’Intérieur le 14 septembre prochain.

Ce jeudi, « une image fait le tour du monde et suscite une émotion, partagée », mais il y a tant d’autres « victimes qui ne sont jamais photographiées ». « Si cette image fait le tour du monde, alors elle doit aussi faire le tour des responsabilités. Il ne s’agit plus de s’attacher à des mots mais de sauver des vies » (PR, 03/09/15).

« C’est une tragédie et une interpellation à l’égard de la conscience européenne ». « L’Europe est un ensemble de principes et de valeurs qui obligent » à agir (PR, 03/09/15) :

  • Ces hommes et ces femmes, avec leurs familles, fuient la guerre et les persécutions. Ils ont besoin de la protection internationale. Elle leur est due. Les conventions de Genève élaborées au lendemain de la guerre obligent tous les pays. L’Europe doit protéger ceux pour qui elle est le dernier espoir.
  • D’autres tentent d’améliorer leurs conditions matérielles par des voies irrégulières. Ils doivent être raccompagnés, dans la dignité.
« Aujourd’hui, ce qui a été engagé ne suffit plus ». « L’Europe doit faire davantage », agir de manière décisive et conformément à ses valeurs (PR, 03/09/15). Il est « urgent d’agir » (PM, 03/09/15) :
 
Le Président de la République a donc décidé avec Angela Merkel « de transmettre dès [ce jeudi] à l’Union européenne des propositions communes ». Ils souhaitent en particulier :
  • « Un mécanisme permanent obligatoire », permettant d’ « organiser l’accueil des réfugiés et une répartition équitable en Europe », parce qu’ « il y a des pays […] qui ne répondent pas à leurs obligations morales ». L’Union européenne « doit répartir un certain nombre de personnes qui demandent refuge. C’est ce qui a été fait pour 40 000 Syriens après le Conseil européen tenu au mois de juin.  Aujourd’hui nous parlons de 100 000 personnes. Il est donc tout à fait nécessaire d’avoir un  mécanisme  qui  puisse  prendre  la  situation  de  chaque  pays  européen  et  de  voir  ce  qu’il  est possible de réserver comme accueil dans ce pays-là, en fonction de ses caractéristiques » (PR, 03/09/15) ;
  •  Rapprocher les normes pour renforcer le système d’asile européen ;
  • Assurer le retour des migrants irréguliers dans leur pays d’origine, en particulier en créant des centres d’enregistrement pour distinguer ceux qui relèvent du droit d’asile et ceux qui n’en relèvent pas ;
  • Apporter le soutien et la coopération nécessaires avec les pays d’origine et de transit.
« C’était une démarche […] préparée avant le drame de cet enfant noyé. Parce que près de 3000 personnes sont mortes depuis le début de l’année en traversant la mer. Parce qu’aujourd’hui des réfugiés ne savent plus où aller. Parce que nos règles doivent être respectées mais ne le sont pas partout. Il [est] donc nécessaire que l’Union européenne puisse une fois encore agir » (PR, 03/09/15).

Ces propositions « seront soumises au Conseil des ministres européens de l’Intérieur le 14 septembre » prochain
. « Il devra nécessairement être suivi par un Conseil européen »(PR, 03/09/15).