6 ème Conférence de presse de François Hollande

Capture d’écran 2015-09-07 à 16.26.59

Voici les principales déclarations de François Hollande lors de sa 6e conférence de presse:

REFUGIES:

La France va accueillir 24.000 réfugiés sur les deux prochaines années, a annoncé le président, qui entend faire des choix « qui compteront le moment venu pour le jugement de l’Histoire ». M. Hollande a chiffré à 60.000 le nombre de demandeurs d’asile en France en 2015. Il s’est aussi dit prêt à accueillir « plusieurs centaines voire un millier » d’immigrés tout juste arrivés en Allemagne en provenance de Hongrie.

Selon lui, la crise des réfugiés, est « dramatique, elle est grave », mais « elle peut être maîtrisée et elle le sera ».

La France va proposer d’organiser une conférence internationale sur le sort des réfugiés et déplacés dans le monde à Paris.

Il a plaidé pour des centres dans les pays d’origine ou de transit pour éviter une « crise humanitaire gigantesque » et averti que sans politique d’ensemble, le mécanisme de répartition « explosera » et ce sera « la fin de Schengen ».

En France, un débat au Parlement sur les réfugiés sera organisé « dans les jours qui viennent ».

M. Hollande se rendra au Liban après l’Assemblée générale de l’ONU et visitera un « camp de réfugiés ».

Également, cet après-midi Bernard Cazeneuve a déclaré que la France accueillera en urgence un millier de réfugiés syriens, irakiens et érythréens dont la demande d’asile auprès de l’OFPRA leur sera proposé ainsi que des offres de logement pourront leur être proposés.

David Cameron a également déclaré aujourd’hui l’accueil de 20000 syriens au Royaume-Uni.

SYRIE:

Le chef de l’Etat a pour la première fois annoncé des « vols de reconnaissance » de l’aviation française dès mardi au dessus de la Syrie, « pour permettre des frappes contre Daech en Syrie ». Le parlement en sera « informé au titre 35 de la constitution ».

En revanche, « il serait inconséquent et irréaliste » d’envoyer des troupes françaises en Syrie au sol. Irréaliste parce que nous serions les seuls, inconséquent parce que ce serait transformer une opération en force d’occupation. »

L’issue en Syrie est « politique », « nous devons parler avec tous les pays qui peuvent favoriser cette issue », notamment la Russie et l’Iran, a-t-il dit, jugeant que « le départ de Bachar al-Assad est à un moment ou un autre posé dans la transition » en Syrie.

CLIMAT:

Faisant le constat que le monde est « encore loin d’un accord contraignant et de financement à la hauteur de l’enjeu » du réchauffement climatique, et qu’il « y a des risques d’échecs », le chef de l’Etat a jugé qu’un « sursaut est nécessaire ».

« On a décidé de faire de l’Assemblée générale des Nations unies un rendez-vous-majeur pour la préparation de la conférence » de décembre, a dit François Hollande.

Il a assuré que la France va mener l’offensive sur le financement des politiques climatiques.

BAISSES DES IMPÔTS:

En 2016, plus de 8 millions de foyers seront concernés par des baisses d’impôts, pour plus de 2 milliards d’euros, a précisé François Hollande, confirmant que ces baisses passeraient par l’impôt sur le revenu, comme c’était déjà le cas lors des deux précédentes mesures (2014 et 2015).

CODE DU TRAVAIL:

Une « loi sera présentée », après « concertation » des partenaires sociaux, pour « rendre lisible le code du travail » et permettre « une meilleure adaptation à la réalité des entreprises ».

Il a précisé vouloir donner « toute la place nécessaire à la négociation collective et aux accords d’entreprise pour permettre justement qu’il y ait une meilleure adaptation du droit du travail à la réalité des entreprises ». Pour cela, une « suite sera donnée » au rapport que doit remettre mercredi au Premier ministre le haut fonctionnaire Jean-Denis Combrexelle. Ce rapport sera « ensuite soumis à consultation et une loi sera présentée », a ajouté M. Hollande, sans préciser de date.

UKRAINE:

François Hollande a proposé une réunion sur la situation en Ukraine avec les dirigeants russe, allemand et ukrainien, avant l’Assemblée générale des Nations unies. Et si le processus de Normandie aboutit favorablement, il « plaidera pour la levée des sanctions » visant la Russie.

Pour ma part je me réjouis des déclarations du Président de la République sur l’accueil des migrants en Europe et plus particulièrement sur l’accueil de 24 000 réfugiés politiques en France. Les mots ont été forts. Le caractère exceptionnel de la crise nécessite des actions courageuses et une forte solidarité entre les pays de l’Union. La France fait un pas dans la bonne direction.

J’ai appelé à la solidarité des pays et à la nécessité de coordonner les politiques communes tout en révisant les accords bilatéraux des pays où la pression migratoire s´accentue. Je l’ai rappelé à de nombreuses reprises sur les ondes britanniques au sujet de la crise à Calais ici et ici et sur l’infolettre de septembreJe me félicite également de la coopération franco-britannique qui a permis un accord le 20 août dernier sur la crise à Calais.

Je défends une certaine idée de l’Europe, une Europe issue des premiers traités, une Europe attachée à des valeurs de solidarité et de paix. Je souhaite que l’on oeuvre vers une Europe morale et politique. Telle est la direction voulue par François Hollande et Angela Merkel.