COMPTE-RENDU DE MON DÉPLACEMENT À RIGA LE 2 SEPTEMBRE

Je me suis rendu à Riga pour rencontrer les acteurs de notre système éducatif, culturel et économique français en Lettonie.
Capture d’écran 2015-09-15 à 15.54.21
Dans un premier temps, j’ai échangé avec Monsieur Viet-Luan Nguyen, premier conseiller de l’Ambassade de France à Riga au sujet des relations franco-lettones en Lettonie. En 2014, Riga fut la capitale européenne de la culture. Cet événement a donné une grande visibilité à Riga et plus généralement à la Lettonie. Les relations amicales entre nos deux pays se sont grandement développées pour donner une place certaine à la francophonie.

Nous avons évoqué plus généralement la situation économique et politique de la Lettonie, marquée par une forte présence de la communauté russophone. Dans la capitale Lettone, le maire de la ville Nils Usakovs est qualifié de pro-russe. Cette influence russophone à Riga donne un certain pouvoir sur les rapports économiques et politiques.

La communauté française inscrite au registre de l’Ambassade compte 219 personnes, les deux tiers sont des hommes. Outre la tranche de la population sans activités professionnelles (majoritairement des élèves et étudiants),  on dénombre, parmi les Français de Lettonie inscrits à l’Ambassade, autant d’employés  que d’ « artisans, commerçants et chefs d’entreprise », et de « cadres et professions intellectuelles supérieures »

Quant à la place de la francophonie, elle est encore limitée. Il existe un plan de formation des fonctionnaires à la francophonie qui fait suite à l’adhésion de la Lettonie à l’Organisation Internationale de la Francophonie comme membre observateur. La langue russe exacerbe les crispations et contrecarre le développement des autres langues de l’Union européenne. Il existe un attachement à la langue lettonne devenue un principe identitaire.

La visite de la Saeima, le Parlement Letton.

Capture d’écran 2015-09-15 à 15.37.54

Ma visite s’est ensuite poursuivie à la Saeima, le parlement Letton composé de 100 député-e-s élus à la proportionnelle. J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Edvard Smiltens, membre du parti « Unité » de l’actuel Premier Ministre Dombrovskis  et président du groupe d’amitié France-Lettonie.

Il siège également au sein des Commissions des Affaires européennes et de l’Economie.

Francophone, Edvard Smiltens a marqué son intérêt pour améliorer les échanges commerciaux entre nos deux pays. Ces relations économiques sont développées grâce aux relais diplomatiques français tels que les groupes d’amitiés, l’Ambassade, les associations et les chambres de commerce. Le secteur du transport en France jouit d’une bonne image à l’étranger grâce à nos dispositifs de sécurité et nos lignes de grande vitesse. À ce titre, nos entreprises lettonnes et françaises peuvent réfléchir à des coopérations économiques.

Nous avons également abordé les sujets internationaux qui ont agité la période estivale : la Grèce et la crise des réfugiés.       Sur la Grèce, la Lettonie tient une position très dure et d’une très grande intransigeance s’agissant des plans d’aide à la Grèce. Concernant la crise des migrants en Europe, le gouvernement est sous le feu des critiques après sa décision annoncée lors d’une session extraordinaire du Conseil des Ministres réunie le 6 Juillet dernier afin  d’accueillir dans les deux années à venir 250 demandeurs d’asile.

Sans surprise, il est probable que les autorités lettones, aux côtés de la Pologne, l’Autriche et des deux autres baltes, s’opposeront au projet de la Commission d’un mécanisme de quotas permanent et appelleront à une application littérale de Dublin.

À la suite de cet entretien, nous avons visité l’hémicycle de la Saeima, les députés sont répartis en fonction de leur circonscription et non pas selon la couleur politique. J’ai eu la chance de visiter la salle rouge, où se réunissent les différentes commissions notamment autour des affaires européennes.

Capture d’écran 2015-09-15 à 15.39.15

Visite de l’Ecole Jules Verne de Riga :

J’ai poursuivi ma visite à l’Ecole Française de Jules Verne. J’ai été rejoint par Bruno Guillard Conseiller consulaire de la Finlande et des pays Baltes.

Nous avons été accueillis par Marianna Drobot, directrice de l’école Jules Verne, par Gilles Bonnevialle, directeur de l’Institut français nouvellement arrivé et par Carole Desbois directrice adjointe de l’Institut.

En 2014, l’école a déménagé dans de nouveaux locaux à proximité du centre-ville. L’établissement offre aux élèves un espace d’études et de récréation d’une qualité exceptionnelle. L’école accueille les enfants dès l’âge de trois ans, dans des classes maternelles : petite, moyenne et grande sections. Ces derniers sont situés dans un bâtiment spécifique avec des horaires adaptés aux tous petits. Elle offre également un enseignement de qualité aux élèves des classes élémentaires (CP au CM2).

À la rentrée 2014-2015, les Français représentent 10 % des effectifs de l’école, les nationaux lettons 78 % (+20 %) et les étrangers tiers 12 %. Cela prouve la manière dont les écoles françaises à l’étranger touchent également les populations étrangères du pays d’accueil.

L’École française Jules Verne de Riga est homologuée par le gouvernement français et accréditée par le gouvernement letton. Concernant le contenu des enseignements, les programmes sont également conformes aux exigences lettones. L’École est gérée par l’Association des Parents d’Élèves des Classes d’Enseignement en Français qui se charge notamment du recrutement des enseignants. À noter, depuis octobre 2014, des cours de français à destination des parents d’élèves sont mis en place par l’Institut français de Lettonie.

L’école permet aux élèves de suivre un cursus bilingue français-letton. La directrice de l’école effectue un travail remarquable pour la promotion du français et du bilinguisme. Nous sommes totalement sur une démarche de bilinguisme.

Au cours de la visite, j’ai pu rencontrer les professeurs de l’établissement et l’association de parents d’élèves qui m’ont fait part de leur volonté d’homologation par l’AEFE. Au vu du succès de l’école et du nombre croissant d’inscriptions, j’encouragerai cette demande auprès de l’AEFE.

L’institut Français de Riga :

Capture d’écran 2015-09-15 à 15.39.39

Accompagné par Gilles Bonnevialle, Carole Desbois et Bruno Guillard, je me suis ensuite rendu à L’Institut français de Riga. Situé dans le centre de Riga, l’Institut jouit d’une magnifique bâtisse. J’ai eu le plaisir de visiter ses salles de classes et son exceptionnelle bibliothèque qui rassemble de nombreux ouvrages et presse française. Chaque jeudi, une personnalité française est invitée à venir débattre, cette action est un véritable succès pour l’Institut.

Tout au long de la visite, Carole Desbois m’a présenté en détails les activités de l’Institut de Riga. Elle note une nette augmentation des fréquentations due à la nomination de Riga comme capitale culturelle européenne en 2014. Elle a le sentiment qu’un élan se manifeste autour de la francophonie. L’équipe a fourni de nombreux efforts pour donner une visibilité à la francophonie auprès des Lettons et des institutions lettones qui aujourd’hui portent leurs fruits.  Par exemple, l’Institut français a formé à la langue française les plus hautes personnalités de l’Etat : M. Rinkevics, Ministre des Affaires étrangères, M. Krams, Conseiller diplomatique du Président de la République, ou M. Dombrovskis, Commissaire européen letton, par exemple, en ont bénéficié. 


Ambassade de France à Riga :
Capture d’écran 2015-09-15 à 15.51.52
J’ai poursuivi ma visite à l’Ambassade de France où j’ai été accueilli par le premier conseiller Monsieur Nguyen pour une réception avec les acteurs économiques français de Lettonie.

J’ai eu le plaisir d’échanger individuellement avec chacun d’entre eux sur leurs propres activités économiques. Il en ressort une volonté de développer d’avantage les échanges commerciaux entre nos deux pays, par exemple autour du tourisme. À noter, il n’y a aucune agence française de voyage implantée en Lettonie. Également, le marché agroalimentaire français est encore peu actif en Lettonie. Plusieurs interlocuteurs m’ont fait part des difficultés de ce marché qui est un défi pour les entrepreneurs étrangers d’autant plus que le système bancaire reste assez fragile et opaque.

Réunion publique :

Grâce à la mobilisation de Bruno Guillard, j’ai achevé ma visite par une réunion publique dans un café français de la capitale.

Cette visite me fait comprendre combien la Lettonie représente un enjeu pour le développement de la francophonie dans les pays Baltes. Proche géographiquement de la Russie, la Lettonie occupe une place stratégique pour la francophonie et plus largement pour nos relations diplomatiques avec la Russie. La francophonie du Nord trouve une nouvelle boussole et j’espère vivement que nous allons profiter pour être davantage présents dans ces pays.