Education Nationale – Poste sous contrat local à l’étranger – Ma question écrite à la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche

Suite à mon déplacement à Helsinki et à ma rencontre avec les professeurs de l’école Jules Verne j’ai attiré l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les enseignants titulaires de l’éducation nationale, dont l’acceptation de poste sous contrat local à l’étranger contraint à demander une mise en disponibilité pour motif de convenances personnelles.

Les conséquences de ce statut sur la carrière des enseignants sont multiples : ils ne peuvent bénéficier d’aucun avancement ni aucun changement d’échelon pendant leurs années de disponibilité; ils ne seront pas inspectés, ce qui signifie pas d’évolution de la note pédagogique ; ils ne pourront cotiser pour leur retraite car seront dans l’obligation de cotiser à titre personnel et ne bénéficieront pas du système de complémentaire santé des enseignants puisque souvent contraints à cotiser pour la Caisse des Français de l’étranger et enfin, ces années d’enseignement auprès d’élèves ne seront pas reconnues dans un dossier de demande de poste AEFE. Malheureusement, cette situation concerne un certain nombre de nos compatriotes un peu partout dans le monde. Chaque année des établissements ferment des postes de résidents au profit de contrats locaux. Certaines écoles permettent aux recrutés locaux d’être placés en position de détachement (celles en partenariat avec l’AEFE), d’autres non (celles en gestion directe). Il demande comment peut-on remédier à ces problèmes et apporter une solution aux enseignants titulaires de l’éducation nationale concernés.

Retrouvez ma question écrite sur le site de l’Assemblée Nationale.