compte-rendu de Mon déplacement à Tallinn le 23 septembre

Le 23 septembre dernier je me suis rendu à Tallinn pour rencontrer les acteurs éducatifs et culturels francophones en Estonie.

Capture d’écran 2015-10-13 à 11.34.14

La communauté française en Estonie

La communauté française en Estonie représente environ 250 inscrits. (on observe une progression du nombre d’expatriés de 10% entre 2014 et 2015 et entre 2015 et 2016). C’est une communauté plutôt jeune et dynamique et majoritairement masculine. Le secteur du numérique attire des entrepreneurs venus monter leur entreprise sur le marché très dynamique de l’Estonie. De nombreux Erasmus viennent également en Estonie pour étudier notamment au sein de l’Estonian Businnes School. J’ai eu l’occasion d’en rencontrer lors de la reunion publique organisée le 23 septembre au soir.

Ambassade de France en Estonie :

Capture d’écran 2015-09-28 à 10.52.46

J’ai commencé ma visite à l’Ambassade de France à Tallinn. J’ai été chaleureusement accueilli par l’Ambassadeur M Michel Raineri et la Consule Mme Jennifer Lacoste. Cette rencontre fut l’occasion de dresser un état des relations bilatérales entre la France et l’Estonie.

Du 14 au 18 septembre, l’Ambassade de France a accueilli la délégation du groupe d’amitié France-Estonie de l’Assemblée nationale, conduite par le président du groupe Jean-Claude Perez. Au cours de cette visite de cinq jours, ils ont pu rencontré le Président social-démocrate du Parlement Estonien et s’entretenir avec les membres des commissions des affaires étrangères et de la défense du Riigikogu. Une partie de la visite a été consacrée à l’environnement et au climat, dans la perspective de la COP21 de décembre prochain à Paris.

L’Estonie est un petit pays très novateur qui attire par son dynamisme et son innovation. Les entreprises françaises présentes en Estonie sont issues essentiellement du secteur du numérique et du secteur de l’import-export.

Pionnier du secteur numérique, l’Estonie a fait le choix de l’innovation dès les années 90. L’expérience E-Estonia est une incroyable success story qui érige l’Estonie comme une des sociétés digitales les plus avancées au monde.

Ainsi, la carte E-résident offre la possibilité à tous les citoyens d’obtenir une identité digitale.  Elle contient plus de 2000 services tels que le vote aux élections locales et parlementaires, la création d’entreprise, la déclaration de nouveau-né, le suivi médical, ou encore l’inscription des enfants à l’école. Cette carte ressemble au numéro d’identifiant personnel des pays nordiques. J’ai d’ailleurs posé une question écrite à la Secrétaire d’Etat Clotilde Valter au sujet de la simplification des démarches administratives grâce à la création d’un compte-source lié au numéro de sécurité sociale.

Malgré la formidable avancée de L’Estonie en matière de dématérialisation  et de simplification administrative, j’apporterais tout de mêmes quelques points de réserve, notamment sur la traçabilité des dossiers médicaux. En outre, les questions de surveillance et de sécurisation de nos données personnelles soulèvent également des problématiques sous-jacentes qui rendent son importation en France difficile.

Enfin, nous nous sommes penchés sur les relations diplomatiques entre la France avec la Russie. L’Ambassadeur m’a confié que les discussions entre nos deux pays sont ouvertes, ce qui représente pour la France une nette plus-value en Estonie. Il ne m’a pas caché que la question des Mistral a bien entendu compliqué nos relations durant quelques mois à Tallinn. Le remboursement par la France des ventes a été accueilli avec soulagement en Estonie.

Riigikogu, le Parlement Estonien:

Capture d’écran 2015-10-13 à 11.21.16

Accompagné par M Oriol, Premier conseiller de l’Ambassade de France à Tallinn je me suis rendu au Parlement Estonien. Les récentes élections législatives estoniennes de 2015 ont porté la coalition de centre-gauche au pouvoir.  Le président du Parlement est issu du parti social démocrate. Il est intéressant de constater que le président du Riigikogu est élu par les député-e-s tous les ans au mois de mars.

Le Parlement estonien compte 11 commissions permanentes dont la commission des affaires européennes qui traite actuellement de la question des migrants.

CPk6C8vWoAA348G

A la suite de la visite guidée du parlement, j’ai eu le plaisir de déjeuner avec M. Andres Herkel, député estonien et président du groupe d’amitié Estonie-France et M Laurent Oriol Premier conseiller de l’Ambassade de France.

Ce fut l’occasion d’aborder la question de l’accueil des migrants en Europe. Aux côtés de la Pologne, de la Hongrie, de la Slovaquie et de la République tchèque, l’Estonie fait partie des pays partisans du “non aux quotas”. Cependant, il est important de souligner que contrairement à la France, l’Estonie n’a jamais fait face à d’importantes migrations venues des rives sud de la Méditerranée. Le souvenir de près d’un demi-siècle d’occupation soviétique pèse également dans le débat actuel.

De nombreux débats ont eu lieu au sein du Parlement estonien : plusieurs courants se sont exprimés avec des positions très divergentes. M Herkel m’a confié avoir conscience de la responsabilité de l’Estonie à participer à l’effort commun même si cet accueil soulève des craintes et des doutes. L’Estonie doit accueillir entre 150 et 370 réfugiés: il s’agit précisément d’un nouvel enjeu pour l’Estonie.

Outre le débat migratoire, nous nous sommes entretenus sur le vote électronique proposé par la carte d’E-résident : M Herkel a souligné sa méfiance face au risque de falsification et d’utilisation à des fins politiques.

Ecole Européenne de Tallinn :

Capture d’écran 2015-10-13 à 11.32.48

J’ai continue ma visite à l’école européenne de Tallinn accompagné de la la Consule Mme Jennifer Lacoste. Accueilli par la directrice de l’établissement Mme Auli Udde, j’ai profité de cette visite pour m’entretenir avec les professeurs de français de l’école.

L’école accueille 168 éleves de 4 à 19 ans avec près 40 nationalités différentes. Elle suit les programmes des écoles européennes de type II. L’Ecole européenne offre des cours de français au sein de la section bilingue anglais-français pour les enfants de 4 à 6 ans en classe de maternelle. Le français est également proposé en langue vivante 2 aux élèves du college et du lycée autour des classes d’histoire et de géographie et d’éthique et d’économie. L’école est financée à 80 % par l’Union Européenne et le ministère de l’éducation nationale estonien et à 20 % par les parents d’élèves.

L’Ecole européenne est loin de satisfaire les besoins de notre communauté et le développement de la francophonie: en effet, elle ne permet pas aux estioniens d’intégrer la section française ce qui réduit inévitablement le nombre d’inscrits à la section.

Jardin d’enfants Memme Musi :

CPm3_pRWoAIdza7

Ma journée s’est poursuivie en présence de l’Ambassadeur M Michel Raineri et de la consule Mme Jennifer Lacoste. Nous avons continué ensemble la visite de la crèche Memme Musi.

Nous avons été chaleureusement accueillis par Mari Sooalu, directrice de la crèche Memme Musi. Établissement pré-scolaire privé, le jardin d’enfants propose les premiers apprentissages en français pour les enfants de deux à sept ans. Les apprentissages s’organisent autour du programme du Ministère de l’éducation nationale pour les écoles maternelles.

L’Institut français d’Estonie

CPm3Tf4WEAEGnOY

Accueilli par sa directrice,  Anne Choubet-Cambas, j’ai été surpris par la vitalité de ses cours et des conférences. La directrice m’a expliqué que le public estonien était très cultivé et participait activement aux manifestations culturelles. La culture et l’apprentissage du français sont une manière de créer un désir de France auprès de ces publics qui apprécient la créativité culturelle. La directrice a évoqué le fait que ces manifestations culturelles allaient circuler dans plusieurs villes estoniennes. La liberté de création est défendue par le projet de loi « Création et patrimoine » au point d’être érigée en principe, nous devons également nous assurer des moyens de la diffusion de cette énergie culturelle. Comptez sur ma participation à l’examen en séance publique des crédits de l’action extérieure et de la diplomatie culturelle.

CPm3qPcWUAApX3r

Moment convivial à la réunion publique: francophonie rime avec solidarité. 

Tout au long de ce déplacement, j’ai été particulièrement intéressé par les différents aspects qui m’ont été présentés tout particulièrement sur les innovations offertes par l’Estonie. En 2018, l’Estonie assumera, pour la première fois, la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Cette présidence permettra à l’Estonie d’avoir une meilleure visibilité au sein de l’Union-européenne. J’ai achevé cette journée par une réunion publique au Frenchy, un restaurant tenu par des expatriés français. Le thème « L’Europe et les migrations » m’a permis de rencontrer des jeunes entrepreneurs venus en Estonie démarrer une activité professionnelle. Il y a des ouvertures incontestables dans ce pays qui regarde la Finlande et a une situation assez différente des autres pays baltes que j’avais visités. J’ai pu insister sur les propositions novatrices d’Hélène Conway-Mouret avec son rapport sur le retour en France. Le besoin d’avoir des trajectoires professionnelles reconnues à l’étranger, les difficultés à la réinstallation en France et le problème des retraites m’ont été soumis lors de cette réunion.