Fonds Vert pour le Climat

Capture d’écran 2015-11-09 à 17.10.51

Laurent Fabius, Ségolène Royal, Michel Sapin et Annick Girardin se sont félicités de la validation par le Fonds Vert de 8 premiers projets. Le Fonds Vert pour le Climat, doté de 10,2 milliards de dollars, a pour objectif de financer la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement.

Moins d’un an après sa capitalisation, l’adoption des 8 projets, qui va permettre des actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et protéger les populations des pays les plus vulnérables face aux impacts du dérèglement climatique, est une nouvelle étape vers la COP21.

Le Fonds Vert, principal instrument multilatéral d’aide aux pays pauvres et vulnérables en matière de climat, a adopté 2 projets en Afrique, 3 en Asie et dans le Pacifique, 3 en Amérique Latine et dans les Caraïbes. Ce sont 168 millions de dollars qui seront affectés à la lutte contre le dérèglement climatique. Plus de 30 projets sont à l’étude et seront présentés lors des prochains conseils d’administration, courant 2016. La France, qui a contribué au Fonds Vert pour le Climat à hauteur de 1 milliard de dollars, salue ce signal fort. La question des financements, notamment pour l’adaptation des pays les plus vulnérables, sera au cœur de la COP21.

Lors d’une conférence donnée à l’Assemblée Nationale le 27 octobre au soir avec l’un des représentants du Fonds vert, Niels Planel, nous avions évoqué la manière d’inclure la société civile aux grandes décisions sur le climat. Niels Planel m’a parlé du fait que le fonds vert, dans son conseil d’administration, avait ménagé deux sièges aux représentants de la société civile. Je pense que la démocratie participative est l’une des possibilités d’avoir des décisions en phase avec les transformations climatiques que nous vivons.