Réaction aux attentats de Paris

Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

La France vient de vivre une des attaques les plus graves de son histoire.

Le sentiment d’horreur et d’effroi qui nous envahit après les terribles attaques terroristes qui ont eu lieu vendredi soir dernier à Paris ne saurait diminuer la détermination qui est la nôtre pour vaincre le terrorisme dans et hors de nos frontières.

J’adresse mes sentiments attristés aux familles des victimes et à leurs proches et  rends hommage aux forces de police déployées ainsi qu’aux militaires qui assurent la protection du territoire national. J’apprécie aussi la formidable vigilance citoyenne qui s’est exprimée hier soir au moment des faits.

Comme vous le savez, le Président de la République a annoncé la fermeture de la frontière, conformément à l’article 23 du Code Schengen. Cette mesure prévoit notamment l’instauration immédiate de contrôles systématiques aux points d’entrée sur le territoire national et le rétablissement des contrôles effectués aux points de passage routiers, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires.

Naturellement ces mesures sont sans préjudice sur l’activité des aéroports qui continuent de fonctionner, les liaisons aériennes et ferroviaires demeurant assurées.

Le Centre de crise et de soutien a décidé d’activer un numéro de téléphone accessible depuis l’étranger à destination de nos ressortissants et des nombreuses familles inquiètes pour leurs proches en voyage à Paris : +33 1 45 50 34 60.

Dans nombre de pays de la circonscription, les Ambassades de France sont en contact étroit avec les autorités locales pour assurer la sécurité de la communauté française. En fonction de l’évolution de la situation en France, je vous tiendrai naturellement informés d’éventuelles consignes de sécurité supplémentaires.

Des rassemblements citoyens spontanés ont eu lieu aujourd’hui à Stockholm, Oslo, Reykjavik, Dublin et Londres pour n’en citer que quelques-uns, ils témoignent de la solidarité des peuples d’Europe du Nord. J’ai conscience, en tant que Français de l’étranger, des sentiments que nous pouvons avoir à l’étranger lorsque la Nation vit un tel drame.

Dans ces heures de deuil et de recueillement national, je vous adresse mes salutations les plus chaleureuses et vœux de solidarité. Ce que nous défendons c’est notre patrie et les valeurs d’humanité. La France et les Français de métropole et de l’étranger font preuve d’une solidarité hors du commun. Comme l’écrivait le philosophe Bernard Stiegler dans son ouvrage Aimer, s’aimer, nous aimer, du 11 septembre au 21 avril, il faut réimaginer une solidarité collective dans laquelle les individus se projettent en s’oubliant un peu.