Message à la communauté éducative des Français de l’étranger

Madame, Monsieur,

Les attentats d’une violence inouïe qui ont frappé Paris et Saint-Denis vendredi dernier ont visé des lieux hautement représentatifs de ce que nous sommes, et de ce qui nous unit. Des lieux de culture, d’art, et de vivre-ensemble. Des lieux d’émotions et d’échanges, où la jeunesse est heureuse de se retrouver. Des lieux qui font que la France est la France.

Mes pensées vont aux nombreuses victimes, à leurs familles et à leurs proches, aux blessés et à tous ceux qui ont été atteints.

Parmi ces victimes de nationalité française ou étrangère, nombreux sont les étudiants et les enseignants. Nombreux, parce que la culture, l’art et l’échange sont au cœur de leur existence quotidienne. Parce que les terrasses de ces cafés, de ces bars, de ces restaurants, sont depuis longtemps des lieux de débats et de discussion, des lieux où il fait bon vivre, où il est bon de réfléchir ensemble.

Aujourd’hui, nous sommes touchés et bouleversés mais nous ne nous laisserons pas atteindre dans cet humanisme qui nous unit et dans lequel se sont forgées nos valeurs. Si la douleur et la tristesse nous envahissent, ces émotions doivent s’accompagner d’une dignité et d’une exigence qui sont celles de la pensée, de la connaissance et de la démocratie.

Frappés au cœur, nous ne sommes pas pour autant aveuglés. Dans ces jours de deuil, tous les établissements de l’enseignement supérieur demeurent fidèles à nos valeurs. Ils seront des lieux d’échanges, de réflexion et de dialogue, ce qu’ils ont toujours été, et ce qu’ils continueront à être, au cœur de la violence et de la brutalité qui nous assaillent aujourd’hui. Des lieux de démocratie. Dans tous les établissements d’enseignement supérieur, comme dans le pays tout entier, le temps est au recueillement. Le deuil national décrété pendant trois jours par le Président de la République est un moment essentiel pour nous rassembler autour de la mémoire des disparus. Une minute de silence a été respectée dans l’ensemble des services publics lundi 16 novembre.

Les mesures de protection décidées par le Gouvernement dans le cadre de l’état d’urgence représentent une nécessaire contrainte dans le fonctionnement des établissements français face à laquelle il faut pouvoir compter sur la compréhension de chacun.

Au sein des réseaux des lycées français à l’étranger, je me suis entretenu avec la directrice pour m’assurer que ces dispositions seront adaptées aux différents établissements. Les manifestations scolaires sont donc annulées et le deuil est observé.

La meilleure réponse ne sera jamais dictée par la peur et la haine, mais par les valeurs qui sont les nôtres et auxquelles nous saurons être fidèles.

Dans ces épreuves terribles, je me tiens plus que jamais à votre disposition pour toute demande de renseignement et vous assure de tout mon soutien et de ma gratitude pour votre mobilisation.

Fidèlement,

Christophe Premat
Député des Français établis en Europe du Nord