INFOLETTRE DU MOIS DE DÉCEMBRE 2015

Chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

Le pacte universel climatique qui a été signé lors de la Conférence de Paris le 12 décembre dernier est une très bonne nouvelle, il souligne l’effort de notre diplomatie pour arriver à un engagement qui va au-delà des espoirs nourris par les ONG et les associations. Là est la véritable urgence pour retrouver ce que le philosophe Michel Serres nommait un « contrat naturel » avec notre environnement bien dégradé. La vigilance sera de mise pour suivre le respect de cet engagement. Le gouvernement avait tiré les leçons de l’échec de Copenhague en invitant dès le début de la conférence les responsables politiques pour que la négociation soit calée et que l’engagement soit arraché.

L’autre actualité est celle des élections régionales. La prolongation des inscriptions sur les listes électorales a permis à quelques 10.000 Français de l’étranger de voter pour les représentants de cette nouvelle carte régionale. Je formule deux constats pour ces élections marquées par la progression incontestable du Front National avec 358 conseillers régionaux élus : le compromis et la participation. Compromis, parce que nous devrons dans ce paysage tripartite renouer avec une culture de coalition, ce qui est paradoxal dans un système majoritaire et qui pose un problème institutionnel ; participation, car j’estime que l’oubli de la réforme régionale demeure l’inclusion citoyenne. Il faut à mon sens les deux composantes pour que cette réforme institutionnelle, assise sur une réflexion menée par l’Assemblée Nationale sur l’avenir des institutions, puisse avoir lieu dans les prochaines années.

Le pouvoir politique doit davantage être partagé, l’espace public des confrontations, des discussions et des conflits doit pouvoir renaître. Les Français ne se rencontrent plus, mais vivent dans des réalités sociales différentes avec des repères et des références hétérogènes. Nous devons ensemble pouvoir reconstruire les modalités de ce que la philosophe Hanna Arendt nommait « l’espace publique d’apparition » plutôt que le repli sur soi et sur les sphères privées de l’existence. La politique ne peut pas être que l’affaire des chaînes d’information continue où le spectacle se substitue à la réflexion de fond et à l’éducation populaire.

Je vous souhaite à toutes et à tous d’excellentes fêtes de fin d’année en compagnie de vos proches.

Je demeure à votre écoute par courriel à cpremat@assemblee-nationale.fr ou sur les réseaux sociaux. Mes collaborateurs parlementaires à Londres et à Paris restent eux aussi à votre disposition.

Avec mes sentiments dévoués,

Christophe Premat

Vous pouvez retrouver l’intégralité de mon infolettre ici