inclure la lutte contre les actes terroristes dans les compétences de la Cour pénale internationale (CPI) / Ma question écrite à Christiane Taubira

Capture d’écran 2016-01-19 à 09.10.17

J’ai attiré l’attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice sur la nécessité pour la France d’avoir une action diplomatique pour pouvoir inclure la lutte contre les actes terroristes dans les compétences de la Cour pénale internationale (CPI).

La répression pénale des individus responsables des crimes terroristes est primordiale dans le cadre de la lutte internationale contre le terrorisme. Si le texte de l’acte final de la Conférence de Rome adopté en même temps que le statut de la CPI indique que « les actes terroristes quels qu’en soient les auteurs, où qu’ils soient commis et quelles qu’en soient les formes, les méthodes et les motivations, sont des crimes graves qui concernent la communauté internationale » (acte final de la Conférence diplomatique de plénipotentiaires des Nations unies sur la création d’une cour criminelle internationale en date du 17 juillet 1998), la CPI ne possède pas cette compétence. Il aimerait avoir son avis sur l’évolution des compétences possibles de la CPI et la position que pourrait défendre la France dans la mise en place d’une réponse pénale universelle. Cela serait un signal très important pour multiplier parallèlement des coopérations d’entraide judiciaire sur le sort des individus et des organisations terroristes. Au sein des Nations unies, la question de la répression internationale des actes terroristes est débattue depuis le début des années 1970. L’action de l’Assemblée générale et celle du Conseil de sécurité ont permis en effet d’élaborer plusieurs conventions internationales telles que la Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l’explosif du 15 décembre 1997 et la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme du 9 décembre 1999. Il serait donc approprié de pouvoir compléter le domaine d’intervention de la CPI ou éventuellement de proposer une juridiction internationale spécialisée sur cette question.

Vous pouvez retrouver ma question écrite sur le site de l’assemblée nationale ICI.