Mon interview sur le blog allemand www.france-blog.info

Retrouvez ci-dessous mon interview sur le blog allemand www.france-blog.info:

M. le Député, vous êtes Maître de conférences associé à l´Université de Stockholm et vous êtes le député de la Troisième (de onze) circonscription des Français établis hors de France. Vous représentez, à l’Assemblée nationale, les Françaises et les Français dans dix pays du nord de l’Europe (Danemark, Estonie, Finlande, Irlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Royaume-Uni, Suède), en somme 152 428 Français inscrits sur les registres consulaires. Vous êtes membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation. Entre autres, vous faites parties des plusieurs Groupe d’études à l’Assemblée nationale : Antisémitisme, Arctique, Antarctique et Terres australes et antarctiques françaises Chrétiens d’Orient, Îles anglo-normandes, Intégration des personnes handicapées.

Où votre permanence se trouve-t-elle ?

Christophe Premat : Ma permanence se trouve à Londres car c’est dans cette ville qu’il y a le plus de ressortissants français. J’ai une assistante qui y travaille.

http://www.france-blog.info : Je voudrais vous poser des questions sur l’actualité et la crise des réfugiés, et pour terminer une question sur le numérique. Comment jugez-vous la décision de Mme Merkel de laisser entrer les migrants en si grand nombre en Allemagne ?

Christophe Premat : Sur l’accueil des migrants en Allemagne, je trouve la décision d’Angela Merkel courageuse, à condition bien sûr qu’il n’y ait pas de changement de ligne par rapport aux annonces. Cela permet de tempérer le regard porté sur le phénomène migratoire. On a beaucoup évoqué les questions démographiques pour justifier la décision de Mme Merkel. Je pense au contraire qu’il faut apprécier cette décision au regard de l’histoire. L’Allemagne a connu des transferts de population très importants au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, elle sait ce que cela signifie.

http://www.france-blog.info : Comment expliquez-vous aux lecteurs de notre blog, pourquoi la France, en accueille beaucoup moins ?

Christophe Premat : La France accueille moins de migrants car elle souhaite assimiler les populations qui vivent sur son territoire. Elle connaît des migrations régulières et demeure un carrefour entre la Méditerranée et l’Europe du Nord. Pour des raisons également économiques, la France est moins en capacité d’intégrer de nouvelles populations d’autant plus qu’elle doit résoudre la crise des flux de réfugiés s’entassant à Calais pour pouvoir regagner le Royaume-Uni. Peut-être que ce nombre plus modeste traduit un manque de confiance du pays en l’avenir alors que cette arrivée de réfugiés pourrait être une chance. C’est cela le message qui manque : les migrations produisent des rencontres et des métissages extraordinaires capables de renouveler l’image d’un pays.

http://www.france-blog.info : Sur votre blog, vous déplorez à bon droit > « la difficulté de l’Europe à trouver une réponse coordonnée efficace » face à l’arrivée massive des réfugiés, des demandeurs d’asile. » Cette confrontation avec cette « détresse humaine » est un défi de la zone Schengen. Comment, selon vous, les membres de l’Union européenne devraient réagir maintenant ? Des limitations en nombre de migrants ?

Christophe Premat : L’arrivée de flux de réfugiés en Europe a fait réapparaître des frontières puisque les pays ont préféré réinstaurer des contrôles. Schengen est critiqué au point qu’on lui fasse porter la responsabilité de cette déstabilisation. Cela étant, il y a une réponse de fond à apporter par les pays européens qui doivent partager ces flux de réfugiés pour que ce soit équitable. L’accueil dans de bonnes conditions de ces populations a un coût et il est tout à fait logique que les Etats-membres puissent se mettre d’accord sur la manière d’accueillir ces réfugiés sans qu’il y ait une pression particulière sur tel ou tel pays. Cela suppose des compromis, c’est une discussion éminemment politique puisqu’elle porte sur la destinée de personnes fuyant des conflits géopolitiques majeurs.

http://www.france-blog.info : En Suède vous observez l’arrivée massive en nombre des enfants non accompagnés, comment la Suéde réagit face à eux ?

Christophe Premat : La Suède a rétabli des contrôles aux frontières avec le Danemark car elle cherche une solution réaliste à l’accueil de réfugiés. Elle réfléchit en ce moment au renvoi de 80.000 demandeurs d’asile dans leur pays d’origine, ce qui signifie que le pays a durci sa réaction. La législation suédoise est très protectrice des enfants et de ce point de vue elle veille à l’accueil d’enfants mineurs au sein des écoles avec des classes d’intégration. J’avais eu l’occasion d’accompagner le Premier ministre en septembre dernier lorsqu’il s’était rendu en Suède et nous avions pu avoir l’occasion de visiter une école où ces dispositifs d’intégration existaient.

http://www.france-blog.info : Vous avez écrit sur votre blog : « Ce qui m’attriste, c’est qu’on cède à ce climat de peur. Ayons confiance en nos lois. La réalité est complexe et de garde protégeons nos valeurs. » Parmi les mesures envisagées par le Président de la République après les attentats du 13 novmbre, il y a la déchéance de nationalité pour les terroristes bi-nationaux:

Christophe Premat : Concernant la révision constitutionnelle, elle nous détourne des questions essentielles alors que nous avons voté des lois antiterroristes, une loi sur le renseignement. J’ai peur qu’en modifiant le texte de la Constitution qui définit les libertés publiques, nous y ajoutions des formules ambiguës et négatives qui viendraient affaiblir la portée du texte républicain élaboré en pleine crise de décolonisation. On ne peut pas toucher aux valeurs, il aurait fallu que la révision constitutionnelle touche plusieurs aspects pour que nos institutions évoluent. L’état d’urgence et la déchéance existent dans la loi, alors laissons la Constitution tranquille.

http://www.france-blog.info : Et aussi sur l’état actuel de la discussion autour du Projet de loi Pour une République numérique, ajoutons que vous êtes le suppléant d’Axelle Lemaire en tant que député.Cette loi concerne l’économie et le rapport du numérique à la démocratie. On cherche à canaliser le chances du numérique pour en faire un atout de la France ? Vous partagez cette interprétation ? Croyez-vous que cette loi pourrait contribuer sa part à un nouvel essor de l’économie française ?

Christophe Premat : La loi d’Axelle Lemaire est un atout pour l’économie numérique et trouver de nouvelles formes d’organisation sociale autour du numérique. Le débat citoyen a fait surgir de nouveaux articles et le débat parlementaire a montré la passion pour ce texte au point où on ait parlé de souveraineté numérique. Faut-il renforcer le pouvoir des géants de l’internet américains ou peut-on réfléchir à un espace numérique francophone ? Très curieusement, on a vu qu’on est revenu aux sources du phénomène d’Internet qui était très lié au système de défense américain.

L’appropriation du numérique est stratégique et pose la question de la souveraineté, et notamment de la souveraineté du code. En-dehors de cette discussion, le projet de loi a permis d’avancer sur > la portabilité des données (un fournisseur devra transmettre les données de messagerie au nouveau fournisseur d’accès pour que l’Internaute ne perde pas le contenu de tous ses messages), la loyauté des plateformes pour éviter que certaines entreprises rémunèrent des particuliers pour une meilleure réputation sur internet et la mort numérique (droit à l’oubli).

http://www.france-blog.info :
La consultation publique sur la plateforme republique-numerique.fr était une première en son genre, vous recommanderiez cette procédure pour d’autres projets de loi ?

Christophe Premat : La méthode de participation utilisée est excellente et sera sans doute réutilisée puisque plusieurs responsables politiques socialistes s’étaient prononcés il y a quelques mois pour l’usage du droit d’amendement citoyen : les citoyens pourraient proposer directement aux élus de porter des amendements afin que l’élaboration de la loi ne soit pas que l’apanage des élus.

http://www.france-blog.info : Vous exprimez , sur votre blog, des voeux concrets pour 2017 (déjà), vous suggérez « une réflexion sur l’évolution des institutions politiques » et vous souhaitez « davantage de participation » qu’est-ce qu’on devrait faire pour aller dans ce sens ?

Christophe Premat : L’évolution des institutions politiques doit passer par une ouverture à la participation citoyenne surtout à l’heure du numérique où les élites ne peuvent pas prétendre au monopole de la bonne gouvernance. Il faut que certaines politiques publiques soient construites avec des citoyens intéressés, l’élaboration des normes doit pouvoir être partagée. Les citoyens doivent pouvoir également contrôler l’action des responsables politiques en évaluant les effets des politiques publiques. Des conférences de consensus devraient être systématiquement organisées sur l’évaluation des dispositifs en vigueur. Ce serait une manière efficace de codifier la participation des citoyens sans être un gadget.