Depuis 2012, les avancées pour les droits des femmes en France

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, je souhaitais revenir sur les avancées majeures qui ont été faites en la matière depuis le début du quinquennat. Ces avancées ont permis à la France, selon le rapport mondial sur la parité hommes-femmes du World Economic Forum, de passer de la 45e place en 2013 à la 15e place en 2015 en matière d’égalité hommes-femmes.

Tout d’abord dans le domaine de la vie publique, grâce à l’instauration des binômes paritaires, la proportion de femmes dans les conseils départementaux (ex-conseils généraux) est passée de 13% à 50%.

A partir du 1er avril, une généralisation de la garantie contre les pensions alimentaires impayées sera mise en place, qui prévoit des mesures de soutien et de conseil aux familles, un accompagnement à la fixation de la pension alimentaire par le juge aux affaires familiales, le droit à un montant de pension alimentaire minimal pour l’ensemble des mères isolées  et des mesures de renforcement des dispositifs de recouvrement sur les débiteurs défaillants.

Côté contraception, la contraception est désormais gratuite pour les filles de 15 à 18 ans et la pilule du lendemain est gratuite à l’université. L’IVG est également 100% remboursée.

Afin de renforcer l’implication des des pères, le congé parental leur a été élargi. Ils ont maintenant droit à une durée de 6 mois après la naissance de leur enfant. Un accompagnement est par ailleurs systématiquement proposé aux femmes qui n’ont pas l’assurance de retrouver un emploi à l’issu de ce congé.

Un grand plan de lutte contre les violences faites aux femmes a également été lancé : doublement des moyens consacrés aux violences faites aux femmes (66 M€ sur 3 ans), encadrement du dépôt des mains courantes et du traitement réservé aux femmes victimes de violence, doublement du nombre d’intervenants sociaux en commissariats et brigades de gendarmerie (+350), création de 1 650 solutions d’hébergement d’urgence supplémentaires, généralisation du téléphone « grand danger » et 3919, numéro unique pour orienter les femmes victimes de violences, gratuit et ouvert 7j/7 (plus de 50 000 appels ont déjà été traités).

Enfin, sur le harcèlement de rue, François Hollande a annoncé que Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et du Droit des Femmes, allait prendre de nouvelles mesures contre ce fléau, « parce que c’est insupportable. Parce que c’est indigne. Parce que c’est scandaleusement banalisé. Parce que aucune femme ne doit rester seule face au harcèlement, d’où qu’il vienne, au bureau, dans la rue ou dans un train. Aucun geste ne doit rester sans réponse. «