Compte-rendu de l’Assemblée générale du Plan école à Londres

Le 22 mars dernier s’est tenue l’Assemblée générale du Plan école à Londres, l’occasion de faire un point sur le dispositif et sur l’enseignement français à Londres.

Bilan de la rentrée 2015-2016

Lors de la dernière rentrée, de nouvelles écoles ont permis plus de places, donc chaque famille qui le demandait a pu bénéficier d’une place à Londres, ce qui permet une diminution de la pression sur les admissions.

Les classes ne sont pas surchargées cette année : pas plus de 32 élèves par classe au lycée, pas plus de 30 au collège. Le Lycée International de Londres Winston Churchill a accueilli cette rentrée 456 élèves, et le CFBL n’a pas atteint sa capacité maximum cette année

La commission d’affectation du lycée Charles de Gaulle s’est tenue en février. Ils commencent toujours par les élèves qui sont déjà dans le réseau pour les niveaux d’entrée (CP, 6e, 2nde). Ainsi, la majorité ont eu leur premier choix cette année en CP. En 6e, 73 nouveaux élèves ont été affectés.

La précédente charte des établissements français de Londres était élaborée pour la période 2012-2015. Depuis, l’apparition de nouveaux établissements invite à actualiser cette charte, pour la période 2016-2019 pour les y intégrer.

Le but de la charte est créer un réseau collectif pour que l’enseignement français fonctionne bien à Londres, tout en respectant les procédures d’admission de chaque établissement, et garantir une place aux élèves jusqu’au bac dans le réseau.

Enquête sur l’enseignement français à Londres

Un sondage a été lancé à l’initiative de FECT avec le soutien de l’ambassade. L’objectif était d’évaluer et d’avoir un retour sur le système français à Londres, aussi bien par ceux qui ont leurs enfants dans le système que par les autres, afin d’avoir aussi la vision du système depuis l’extérieur.

Sur environ 1300 personnes interrogées, 73% françaises. Pour eux, il y a 3 raisons du choix du système français : le côté bilingue, la solidité académique et la volonté de pouvoir garder une identité française.

Pour les britanniques les 3 raisons de ce choix sont la confiance, l’approche centrée sur l’enfant et l’intégration dans les universités britanniques.

70% de ceux qui n’ont pas leurs enfants dans le système français n’étaient pas au courant qu’il y avait de la place dans le système.

Ouverture d’une école CERENE

Le Centre de référence pour l’évaluation neuropsychologique de l’enfant (CERENE), existe depuis 2008. Il produisait initialement des bilans neuropsychologiques complets pour déterminer les points forts et faibles des enfants avec troubles de l’apprentissage.

Le CERENE propose aujourd’hui des classes à petits effectifs (12-15 élèves) du CE1 à la 3e, pour une durée de 2 à 4 ans. La logique est d’aller vers une réintégration de l’enfant dans le système scolaire classique.

Cela passe par un renforcement des quotas horaires sur les matières principales et cours supplémentaires de maths, français et anglais, ainsi que des prises en charges individuelles paramédicales sur place pour travailler les troubles des enfants.

Le CERENE va ouvrir une école à Londres en septembre 2016, après un travail de longue haleine, notamment pour connaître les préoccupations des familles et dû à la spécificité du bilinguisme.

Projet d’école gratuite

Un projet d’école gratuite est en cours, pour accueillir davantage d’élèves britanniques dans la section bilingue et toucher la population francophone de l’est de Londres (quartier Newham). L’école sera basée sur le modèle éducatif anglais.

C’est un projet franco-britannique : financement par le Royaume-Uni notamment, et contribution des entreprises françaises (financière et apprenticeship car des entreprises veulent être plus impliquées sur ce point).

Cette expérience menée à Londres pourrait être reproduite si elle fonctionne.

Label FrancEducation

Bien que les écoles du plan peuvent prétendre au label FrancEducation, aucun établissement n’est labellisé à l’heure actuelle au Royaume-Uni alors qu’il y en a déjà ailleurs.

Point sur le réseau FLAM

L’AEFE subventionne le réseau FLAM : 81 600€ en 2015, et 11 750€ pour l’association Parapluie FLAM seule.

On enregistre une croissance régulière de 3 ou 4 FLAM par an. 48% des FLAM d’Europe sont au Royaume-Uni. Le réseau FLAM a enregistré une hausse de 17% d’élèves cette année. Il compte également 283 enseignants et 127 assistants.

Le Parapluie FLAM continue à organiser des événements culturels notamment et à dispenser des formations pédagogiques notamment. Le Parapluie FLAM devrait étendre ses activités aux pays basques et à d’autres pays en Europe.