Hommage de Claude Bartolone à Sophie Dessus

Le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a prononcé le 5 avril dernier un discours en hommage à ma collègue Sophie Dessus, qui nous a quitté le 3 mars dernier.

Sophie_Dessus.JPG« Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Chers collègues,
Cher Dominique, Cher Mathieu, Cher Joachim, Cher Clément, Cher Félix,

Aujourd’hui, nous voudrions tendre de noir les murs et parois de cet hémicycle. Un de nos plus stimulants, de nos plus enthousiastes, de nos plus élégants esprits s’en est allé.

Le 3 mars, Sophie Dessus nous quittait à l’âge de soixante ans, après un combat sans merci contre le cancer, livré de manière discrète et exemplaire, sans jamais se plaindre.
Cette discrétion sur sa santé était sa marque, car peu étaient au courant de la lutte vitale qu’elle menait.
Mais cela ne l’empêchait pas d’être tenace au point de convaincre ses collègues avertis comme ses proches qu’elle surmonterait cette maladie implacable.
Sophie Dessus est née à Paris, en 1955. Cinq sœurs et frères naîtront après elle. Après son baccalauréat, elle fait des études d’art et d’histoire à Limoges.
Férue de littérature et de poésie, rien en apparence ne prédisposait Sophie Dessus à devenir cette parlementaire engagée. Comment une citoyenne, un citoyen prend la décision de suspendre ses occupations, ses projets, ses passions, pour entreprendre une activité politique ? Comment se lance-t-on dans l’arène ? Comment se jette-t-on au soleil brûlant du Forum, quelle en est la raison ? Nous ne le savons guère, bien entendu.

Il y a l’exceptionnel environnement familial.
Elle est la petite-fille d’Henri Mazeaud, grand juriste, résistant, un des seuls juristes à avoir condamné ouvertement les lois vichystes sur le statut des Juifs.
Elle est, par sa mère, la petit-cousine de Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, grand député des Hauts-de-Seine puis de Haute-Savoie, un exemple de remarquable engagement qu’elle consultera ensuite pour peaufiner ses talents de députée.
Elle est petite-cousine, aussi, de Simone de Beauvoir.
Sophie Dessus ne manquait donc pas de références d’engagement et d’intelligence. Mais il y avait plus. Ce qui est certain, c’est que Sophie Dessus aimait comprendre l’entrelacs complexe des passions et des actions qui menaient à l’expression de l’intérêt général. Elle aimait le bien public. Elle aimait y concourir. Elle aimait être utile.
Pour Sophie, le Contrat social n’était pas que le titre d’un livre célèbre. C’était un concept qu’elle voulait voir marcher et transformer la vie.
A dix-neuf ans, Sophie Dessus quitte l’univers familial pour composer le sien et s’installe à Uzerche, en Corrèze, comme agricultrice.

Son engagement est d’abord associatif. Pendant 20 ans, elle va construire à Uzerche et dans sa région des liens avec les femmes et les hommes qui, comme elle, s’investissent bénévolement dans de nombreuses activités associatives. Pour Sophie, les citoyens devaient patiemment prendre conscience de leur puissance d’intelligence collective.
C’est en 1995 que naturellement, elle investit le champ politique. Elle est d’abord élue conseillère municipale d’Uzerche, où elle siège dans l’opposition. Elle est socialiste, résolument.
Dès 2001 elle devient maire. Sa liste est alors élue dès le premier tour dans son intégralité, face à l’équipe sortante. Réélue deux fois en 2008 et 2014, cette fonction de maire d’Uzerche était pour Sophie Dessus un engagement très spécial, une sorte de suprême incarnation d’une collectivité dont elle voyait dans les yeux, chaque semaine, le visage de chacune et de chacun de ses membres.
C’est en exerçant son mandat d’élue, en relayant les préoccupations qui émergent de son territoire, en soulevant les problèmes d’aujourd’hui et en anticipant ceux de demain que Sophie Dessus a marqué le territoire uzerchois.

Partout où porte l’œil à Uzerche, nous y trouvons l’empreinte de Sophie Dessus. La « Perle du Limousin » n’a rien perdue à l’action de sa maire, loin s’en faut.
C’est là toute la force de l’engagement de Sophie Dessus portée par l’intérêt général et le souci de l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.
Sophie Dessus, c’est une femme de volonté qui n’a pas peur d’aller au combat. Je peux dire ici qu’elle a toujours défendu ses convictions, son département avec un intense engagement.
Car parallèlement à son engagement pour Uzerche, Sophie Dessus a aussi fait bénéficier son département d’adoption de son énergie. Ce département, la Corrèze, que les Français non-corréziens connaissaient par l’intermédiaire de l’ancien Président de la République Jacques Chirac. Sophie Dessus devient une animatrice incontournable de la démocratie départementale.
En 1998, elle est élue conseillère générale dans le canton d’Uzerche. Elle sera réélue en 2004 et 2011.
De 2008 à 2012, elle est même vice-présidente chargée de la culture et des aides aux communes, tout un symbole pour celle qui fait de la culture l’un des axes structurant du développement territorial.
Ce mandat lui tenait vraiment à cœur. Mais la Nation l’a appelée, et la voilà députée.
En effet, le 10 juin 2012 marque une nouvelle étape pour Sophie Dessus. Elle est élue députée de la première circonscription de la Corrèze, succédant ainsi à François Hollande, nouveau président de la République française, François Hollande avec qui elle a toujours entretenu et entretiendra encore une relation privilégiée, faite d’admiration et de compréhension réciproques.
En étant élue au premier tour avec plus de 51% des voix, elle fait même mieux que son prédécesseur. Elle est d’ailleurs la première femme élue députée de la Corrèze.
A l’Assemblée nationale, par son travail, par son audace, elle a très vite gagné la confiance et l’estime de ses collègues, au-delà des bancs de son groupe.
Sa bonne humeur communicative et sa force de conviction lui permettaient souvent d’emporter l’adhésion des députés.
Sophie n’est pas une simple députée de sa terre.
Certes, elle savait se faire entendre pour défendre les questions de ruralité. Mais elle s’est révélée une parlementaire qui porte la destinée, les volontés, l’intérêt de toute la Nation, pugnace mais toujours à l’écoute des points de vue des autres. Elle aimait d’ailleurs dire elle-même pour nous faire sourire, « j’ai été élevée dans une famille très stricte. J’ai fait une réaction contre l’autoritarisme ». Chaque situation politique devait enfanter un petit bout de liberté. Pour les familles, pour les Corréziens, pour les Français.
Elle avait des convictions fortes mais savait travailler avec tous. En Corrèze, elle a su nouer des relations politiques édifiantes dans tous les camps, avec les grandes figures de la vie politique locale, dont Bernadette Chirac, qui fut 36 ans conseillère générale de Corrèze. A une période où les Français doutent de la politique, Sophie Dessus nous a montré comment allier une vision et des idéaux avec le réalisme et l’action.

Sophie Dessus était une figure reconnue de cet hémicycle. Elle avait la culture et le féminisme chevillés au corps, comme si sa filiation avec Simone de Beauvoir lui avait fait endosser les combats de cette grande femme de lettres.
Nous savions que dans son cœur résidait un caractère révolutionnaire.
Car, elle en était persuadée, à l’image du héros des Mandarins, je cite, qu’« On ne peut pas mener une vie correcte dans une société qui ne l’est pas ». Cette conviction de Simone de Beauvoir la guidait pour ses interventions en commission comme en séance.
Fidèle à sa famille, fidèle à ses amis, fidèle à ses convictions et à ses ambitions, elle ne s’est pas ménagée. Au sein de la commission des affaires culturelles, aucun travail, aucun dossier, n’étaient trop durs, trop grands pour elle. Dernièrement, elle avait même été désignée rapporteure de la mission d’information sur les métiers d’art.
Car, la culture, les pratiques culturelles, la création, le patrimoine, l’artisanat d’art, tout est lié pour Sophie Dessus.
Pour elle, chaque classe sociale ne devait pas se contenter de ses propres pratiques de distinction, mais partir à la conquête, partout et tout le temps, de la conscience universelle.
Son dernier grand projet pour Uzerche, celui de la reconversion d’un site industriel, la papèterie, est un symbole de cette vision globale.
C’est cette dialectique permanente entre ses convictions et ses actions, qui est la marque de Sophie Dessus à l’Assemblée nationale ou à Uzerche.
C’est pourquoi, à l’instant où nous avons appris sa disparition, nous avons su que nous ne perdions pas seulement une collègue, une députée, mais aussi une part de notre engagement et de ce qui fait sa beauté. En disparaissant, elle nous rend comptables de sa conception politique : sans action, la pensée est impuissante et sans pensée, l’action est inféconde.
Quand la triste nouvelle nous a endeuillés, nous avons pensé à ce vers aussi terrible que touchant du Chant des partisans : « Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place ».
Oui Sophie, tu t’en es allée avec ton sourire angélique et ta volonté jupitérienne.
Tu t’en es allée édifier ailleurs des monuments d’altruisme, d’intelligence et de joie.
Nous demeurons, nous, à ta place, en ton honneur et pour le souvenir de tes grands actes, préserver et prolonger les fruits de ton travail.

Chers collègues, gardons haut le flambeau de la liberté et de l’égalité que nos glorieux Pères nous ont légué, et que Sophie Dessus a si vaillamment défendu.
À vous Dominique, son mari, qui savez ce qu’a pu représenter pour nous tous votre mariage avec Sophie, le 15 septembre 2012,
à vous Mathieu, Joachim, Clément, Félix, ses fils,
à sa famille, à ses amis, à ses camarades et collègues de sa famille socialiste,
j’adresse, au nom de tous les députés de l’Assemblée nationale et en mon nom personnel, mon amitié et mes condoléances profondément émues et attristées. »