Rapport Perret sur le réseau d’enseignement français à l’étranger : courrier collectif à Jean-Marc Ayrault

Monsieur le Ministre, A la demande conjointe de votre prédécesseur et de Madame Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education nationale, une mission avait été confiée l’an passé à François Perret, ancien doyen de l’Inspection Générale de l’Education Nationale, sur l’accompagnement de notre réseau d’enseignement homologué à l’étranger en fonction des objectifs de la diplomatie française. Députés et sénateurs des Français de l’étranger, présidente de la commission de l’enseignement de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) et conseillers consulaires en Allemagne, familiers des réalités du réseau de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE) comme de l’offre scolaire allemande, nous avons pris connaissance du rapport du doyen Perret avec une grande inquiétude. La partie du rapport consacrée à l’Allemagne repose en effet sur des analyses parcellaires et des perceptions erronées, dont nous redoutons, si elles n’étaient pas corrigées, qu’elles puissent conduire l’Etat à des décisions politiques malheureuses, affectant tout particulièrement les communautés scolaires.

Nous regrettons que les élus que nous sommes n’aient jamais été consultés ou associés par le doyen Perret à son travail d’écoute et d’enquête. Les parents d’élèves, qui sont souvent les gestionnaires des établissements, et le monde enseignant ne l’ont pas été davantage. Faute de rechercher le contact avec tous les interlocuteurs intéressés, une unique vision financière prévaut immanquablement, conduisant à une série d’affirmations infondées telles la remise en cause de la gratuité de l’enseignement homologué, le supposé subventionnement de la seule filière AbiBac par le comité de gestion du Lycée Saint-Exupéry de Hambourg ou bien encore la menace que le statut d’Ersatzschule ferait prétendument peser sur les critères de l’homologation des établissements. L’offre d’un enseignement homologué en primaire est critiquée s’il n’existe pas de cursus correspondant en secondaire. Nous déplorons enfin les recommandations faites de substituer un recrutement local d’enseignants à des professeurs détachés de l’Education Nationale.

Nous sommes attachés au développement de nos établissements en Allemagne, notamment par le partenariat avec les Länder ouvert grâce au statut d’Ersatzschule, et à la reconnaissance des filières bilingues locales par le label FrancEducation. Nous souhaiterions vous rencontrer à votre meilleure convenance pour vous faire part de nos propositions concrètes et corriger ainsi l’image faussée que renvoie le rapport Perret de l’état de notre réseau en Allemagne ainsi que plus largement dans les autres pays faisant l’objet de ce rapport. Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre plus haute considération.


Pierre-Yves Le Borgn’ (Député des Français d’Allemagne, d’Europe centrale et des Balkans), Claudine Lepage (Sénatrice des Français de l’étranger et présidente de Français du Monde-ADFE), Hélène Conway-Mouret (Sénatrice des Français de l’étranger), Pascale Seux (Présidente de la commission de l’enseignement de l’AFE et conseillère consulaire de Pologne), Philippe Loiseau (Conseiller à l’AFE et conseiller consulaire d’Allemagne à Berlin), Christophe Prémat (Député des Français de l’étranger et membre du Conseil d’administration de l’AEFE), Jean-Yves Leconte (Sénateur des Français de l’étranger), Richard Yung (Sénateur des Français de l’étranger), Anne Henry-Werner (Conseillère à l’AFE et conseillère consulaire d’Allemagne à Francfort), Catherine Rioux (Conseillère à l’AFE et conseillère consulaire d’Allemagne à Aschaffenburg),Odile Auvray (Conseillère consulaire d’Allemagne à Düsseldorf), Natacha Boroukhoff (Conseillère consulaire d’Allemagne à Berlin), Octave Procope (Conseiller consulaire d’Allemagne à Francfort), Philippe Moreau (Conseiller consulaire d’Allemagne à Munich) et Nicolas Stallivieri (Conseiller consulaire d’Allemagne à Hambourg).