INFOLETTRE DU 31 MAI

Retrouvez l’intégralité de l’infolettre ici.

Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

Un mois de juin paradoxalement européen, d’une part parce que les festivités de l’Euro 2016 permettront d’avoir un moment de divertissement, d´autre part parce que la fin de ce mois est cruciale avec le vote britannique sur le Brexit ou le Bremain.

Une sortie de l’Europe du Royaume-Uni serait le début d’une désorganisation du projet européen qu’il importe de réenchanter. L’échelon du pouvoir par rapport au casino planétaire de la mondialisation, c’est l´Europe. Encore faut-il porter le débat politique jusqu’à ce niveau pour montrer aux citoyens que les alternatives politiques se jouent également au sein des institutions. J’invite tous les Français résidant en Europe du Nord à contacter un citoyen britannique de leur connaissance pour voter résolument en faveur du maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’Union Européenne. Nous ne pouvons pas rester indifférents à ce qui s’y passe car ce vote nous affecte tous.

L’Europe a toujours été en crise pour construire ses institutions et son projet, cette patiente construction ne peut commencer à s’effondrer sur ce repli au sein des frontières. En réalité, ce serait un contresens historique dommageable. Il est encore temps de redresser la barre et d’éviter le Brexit.

Nous devons au lendemain de ce vote effectuer des propositions fortes pour une meilleure intégration et gouvernance européennes. Nous avons besoin d’Europe pour éviter que l’ouverture au numérique ne soit un simple prétexte pour les GAFA (les géants du net) de contrôler les plateformes, le codage et in fine nos profils.

Faisons aussi en sorte de penser la portabilité des droits au sein de l’Union européenne: cette dernière ne rime pas avec flexibilité mais avec mobilité partagée. La flexibilité, c´est l’exploitation des plus fragiles avec l’illusion d´un progrès technologique, la mobilité, c’est la rayonnement de l’intelligence collective. Faites votre choix!

Avec mes sentiments dévoués,

Christophe Premat