Question écrite au sujet des conditions de travail des anesthésistes-réanimateurs de l’assistance publique des hôpitaux de Paris (APHP)

Le 31 mai, j’ai attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les conditions de travail des anesthésistes-réanimateurs de l’assistance publique des hôpitaux de Paris (APHP). Le rapport du professeur Laurent Hannoun de février 2016 constate la fuite des praticiens hospitaliers d’anesthésie-réanimation (PHAR), du fait de conditions de travail de plus en plus difficiles avec notamment une intensification du travail journalier, des dépassements très fréquents et importants des horaires de fin de programme opératoire, une imposition d’une polyvalence forcenée pour boucher les trous de planning et une forte contrainte de la permanence des soins. La question de la qualification des temps nocturnes est primordiale pour les établissements de l’APHP et je souhaitait savoir si la ministre pourrait intervenir dans ce débat pour préciser les conditions dans lesquelles exercent ces personnels et s’il est possible de revenir sur la qualification des activités nocturnes en milieu hospitalier.

Le texte de ma question écrite est disponible ici.