La ministre des Familles confirme une ouverture en faveur des couples lesbiens

La ministre des Familles, Laurence Rossignol, a confirmé ce lundi 4 juillet la prochaine abrogation d’une circulaire punissant les gynécologues orientant leurs patientes vers l’étranger pour y subir une PMA (procréation médicalement assistée), promise jeudi par la président de la République aux associations LGBT.
« Il n’y a aucune raison de discriminer les couples homosexuels, les couples lesbiens (…) en leur refusant l’accès à une technologie qui est ouverte aux couples hétérosexuels », a déclaré la ministre sur Public Sénat
L’accès à la PMA des femmes lesbiennes était une promesse de campagne du président Hollande, une « ambition » qui, reconnaît Mme Rossignol, a été « freinée par la violence des réactionnaires et des conservateurs ».

La circulaire en question punit depuis 2013 les gynécologues de 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende s’ils orientent leurs patientes à l’étranger pour y subir une PMA. Cette mesure a conduit de nombreux praticiens à refuser de suivre des patientes, les mettant médicalement en danger, selon Virginie Combe, vice-présidente de SOS Homophobie.