Infolettre du 12 août

Une nouvelle infolettre a été publiée. Je vous souhaite une bonne lecture.

Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

Je suis heureux de pouvoir échanger avec vous sur les conséquences du Brexit comme en témoignent les permanences de ce mois d’août. Vous avez des inquiétudes légitimes sur cette incertitude pesante. Je tiens à vous rassurer d’une part parce que ces négociations prendront du temps et d’autre part parce qu’il y aura une redéfinition de la position du Royaume-Uni vis-à-vis de l’Union européenne avec à la clé la négociation d’un nouveau statut et des conditions de mobilité. Cette incertitude explique la contraction des marchés financiers et l’insécurité économique qui s’ensuit. La dévaluation de la livre a un impact, elle favorise également les exportations.

Le Royaume-Uni est dans une période de transition, le gouvernement britannique proposera un budget à l’automne qui sera à observer attentivement pour déceler les priorités dégagées et les perspectives d’investissement.

Plusieurs d’entre vous, étudiants et professeurs, m’avez interrogé sur une possible revalorisation des frais de scolarité. Très sincèrement, je ne pense pas que cette perspective soit réaliste car elle amoindrirait l’attractivité des universités qui sont d’ailleurs indépendantes et qui pour la plupart n’ont pas indiqué de mesures dans cette direction.

Pour les questions d‘acquisition de la nationalité britannique, comme je le répète, je ne me permettrai pas d’encourager les Français à le faire. C’est un acte personnel qui ouvre des droits politiques dans le pays de résidence, il ne peut se réduire à des considérations uniquement pragmatiques et administratives. En revanche, et c’est valable quelle que soit la situation, pensez à demander votre statut de résident permanent comme le préconisent les règlements européens.

Je me tiens naturellement à votre disposition pour tout autre renseignement concernant votre situation.

Avec mes sentiments dévoués,

Christophe Premat