La dangereuse influence du parti d’extrême droite Dansk Folkeparti sur la politique migratoire danoise

Le Parlement danois a voté le 18 décembre 2014 une loi autorisant la double nationalité. Cette loi est entrée en vigueur le 1er septembre 2015. La renonciation à la nationalité française n’est donc plus un préalable à l’acquisition de la nationalité danoise par des adultes.

Cela devrait être une bonne nouvelle. Pourtant, au moment même où le gouvernement danois autorise la double nationalité, force est de constater ou plutôt de déplorer que le Danemark a considérablement durci sa position sur les questions d’immigration ces quinze dernières années.

Luc de Visme, conseiller consulaire au Danemark, et résident du pays scandinave depuis 1972 déplore l’influence du parti d’extrême droite Dansk Folkeparti (DF) sur la politique migratoire danoise et le fait que le parti dicte l’agenda politique sur ces questions, en prônant des mesures toujours plus drastiques.

Dans un reportage diffusé le 11 août sur Arte (à retrouver ici), Luc de Visme fait notamment état de la difficulté de l’examen de naturalisation, examen censé vérifier les connaissances générales des candidats à la naturalisation sur la société danoise et la manière dont elle fonctionne. Ce test, particulièrement compliqué, pose des questions alambiquées avec très peu de rapport avec la culture danoise. Peu surprenant alors qu’un grand nombre de Danois essayant par curiosité de passer cette épreuve échoue. Peu surprenant également que le DP salue ce test, leur objectif déclaré étant de limiter les naturalisations.

Le Danemark est ici un exemple inquiétant de la manière dont, sans être au gouvernement, un parti d’extrême droite réussi à déterminer l’agenda politique. A nous de ne pas laisser l’extrême-droite, au Danemark ou en France, imposer ses thèmes et ses solutions.