La restructuration du réseau des instituts français

Avec des ressources qui chutent d’année en année, les instituts français se voient dans l’obligation de s’adapter et parfois même de fermer comme c’est le cas de l’institut français d’Amsterdam aux Pays-Bas. Certes, il y a aussi de bonnes nouvelles avec la réouverture de l’Institut français de Gaza à la mi-avril, deux ans après sa fermeture pour raison sécuritaire. Mais cela reste une exception dans un contexte où de plus en plus d’instituts mettent la clef sous la porte. Face à ces problèmes budgétaires, les instituts français diversifient leurs ressources avec notamment l’appel au mécénat. Autre exemple, aux Pays-Bas, l’ouverture d’un café a été mentionné pour une meilleure rentabilisation des lieux. Ces initiatives ne cachent cependant pas d’autres évolutions comme à Edimbourg en Écosse, où des postes sont fusionnés et où le nouveau directeur est également consul général, deux métiers pourtant bien différents.