Infolettre du 26 août

Ma dernière infolettre est disponible ici.

Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

L’été s’achève bientôt en accrochant ses perles de catastrophes et de tensions en tout genre. Les écuries présidentielles se mettent en place avec un triple exercice de primaires, les primaires de la droite, les primaires écologistes et les primaires socialistes. Trois exercices qui viendront ponctuer une année politique et électorale qui s’achèvera avec le renouvellement de l’Assemblée Nationale.

Pour nous qui vivons à l’étranger, nous regardons ce spectacle avec circonspection et même une certaine méfiance notamment vis-à-vis de l’opération de sélection du Surhomme (jusqu’à maintenant) qui viendra tenir la barre pendant les cinq premières années. Nous allons retrouver le lot des tautologies signifiantes (la France est la France et les épigones identitaires), les présentatifs (la France, c´est….) et l’ensemble des croyances idéologiques. Cela fait partie des rites de notre pays même si le mécanisme du choix de l’homme (ou de la femme) providentiel a du plomb dans les ailes. Impensable pourtant que le prochain président n’incarne pas une vision de la Nation pour la faire tenir ensemble. Puis, nous allons observer les prédicateurs, ceux qui prônent l’insolence vis-à-vis des contraintes budgétaires extérieures et ceux qui alimentent régulièrement la religion de la croissance fondée sur l’innovation.

Alors, comment déchiffrer l’élection présidentielle à partir de l’Europe du Nord ? Tout simplement en posant les questions simples qui dépendent du niveau institutionnel adéquat : comment utiliser au mieux l’argent public ? Comment fixer la barre des impôts ? Comment transformer les institutions pour qu’elles correspondent à la norme des régimes européens ?

Le prochain président sera-t-il le dernier des Mohicans capable d’assurer cette transition institutionnelle avec une République simplifiée, un Président en garant des équilibres constitutionnels et un Premier ministre comme chef légitime de la majorité gouvernementale issue des élections législatives ? C’est en observant ces questions que l’on pourra voir si un changement culturel peut faire évoluer les mentalités politiques. Le pays pourra retrouver une sérénité avec davantage de modestie et une intégration encore plus forte au sein du projet européen.

Avec mes sentiments dévoués,

Christophe Premat