Mes questions écrites sur la francophonie

Il me paraît tout à fait nécessaire que la francophonie parvienne à dépasser le simple cadre linguistique afin de prendre une dimension économique et ainsi donner une résonance plus forte aux relations entre les pays francophones. C’est dans ce but que j’ai posé une question écrite au secrétaire d’État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargé du développement et de la francophonie. J’ai souhaité soulever deux points, le premier concerne la possibilité d’organiser des réunions régulières des ministres des finances et de l’économie des pays francophones et le second la liberté de circulation des acteurs économiques francophones et en particulier en Afrique. Sans mobilité accrue, les échanges ne pourront se faire et la question de la francophonie économique sera un vœu pieux. De ce point de vue, si des progrès sont réalisés sur ces deux points, nous pourrions faciliter la mise en place d’une Banque francophone d’investissement afin de soutenir davantage le développement des pays francophones africains. L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a sur ces points pris du retard sur le Commonwealth, retard qu’il convient de rattraper.
J’ai également souhaité attirer l’attention du secrétaire d’État chargé du développement et de la francophonie sur l’usage du français pendant les Jeux olympiques d’été 2016 de Rio de Janeiro et savoir s’il compte poser la question du français comme langue olympique en prévision du prochain sommet de la Francophonie qui aura lieu à Madagascar en décembre 2016.
Vous pouvez retrouver mes deux questions écrites ici et ici.