Compte-rendu de mon déplacement Stavanger le 07 septembre

Après Manchester la semaine dernière, j’ai eu le plaisir de me rendre à Stavanger. Stavanger est une ville portuaire située dans le Rogaland, au sud-ouest de la Norvège. Elle est la quatrième ville du pays et la capitale de l’industrie pétrolière norvégienne. Entre 800 et 1000 Français y résident.

Stavanger a aussi la chance d’avoir un lycée français (http://ee.mlfmonde.org/stavanger-lycee-francais/) magnifique, géré par la mission laïque française (MLF) qui est à la tête d’un réseau de 109 établissements d’enseignement français à l’étranger.

lyc

 

Son proviseur Yann Meur a eu la gentillesse de me faire visiter les nouveaux locaux dans lesquels les élèves ont commencé leur rentrée 2016. Il s’agit d’un tout nouveau bâtiment pensé par une architecte suédoise et répondant à des standards environnementaux très stricts, en l’occurence le standard  BREEAM, standard de référence en termes de construction durable. Le lycée utilise la géothermie, prévoit d’installer des panneaux solaires et a un système en place pour mesurer la qualité de l’air dans le lycée. Au delà de l’excellence environnementale, le lycée français de Stavanger met en avant un projet d’établissement ambitieux dont l’un des axes forts est l’enseignement des langues. Selon les niveaux, le lycée propose à ses élèves de 7 à 10 heures d’enseignement des langues étrangères : 2h de norvégien et 5 à 8 heures d’anglais réparties en enseignement obligatoire, préparation aux certifications de Cambridge, conversation orale, drama et enseignement de disciplines autres que la langue vivante dispensé en anglais. Ces disciplines non linguistiques (DNL) sont l’histoire-géographie, les sciences de la vie et de la Terre, les mathématiques, les arts visuels, la musique, les mathématiques, la technologie, l’EPS.

Le lycée français partage d’ailleurs ses locaux avec une école norvégienne, Eiganes Skole, avec laquelle il entretient d’excellents rapports et dont la cohabitation favorisera les projets interculturels. La relocalisation du lycée, initialement basé dans l’enceinte de l’école norvégienne de Kampen Skole, a donc été menée avec succès. Il s’agit là d’un bel accomplissement d’un projet de longue haleine, commencé en novembre 2013.

equ
De gauche à droite: Marc Ordaz, Directeur de l’Institut français, Christophe Premat, Yann Meur, Proviseur, Josiane Merrer, French school coordinator, Sonja Rembert, Professeur de mathématiques, Heidi Balster-Hove, Professeur de norvégien, Wenche Maeland, Professeur de norvégien

Le lycée compte 15 enseignants pour 71 élèves, répartis du CP à la 3ème et dispose d’infrastructures de qualité: un CDI, une salle informatique, un laboratoire de langues, un laboratoire de sciences, une salle d’arts visuels et de musique et une belle salle de spectacle. Chaque salle de classe a une salle annexe pour le travail de groupe et c’est sans surprise que j’ai appris qu’il figurait parmi les plus belles écoles de la région.

La salle de spectacle, le CDI et la salle informatique

C’est ensuite à l’Institut français de Stavanger (http://www.france.no/if/stavanger/) que je me suis rendu, Institut dirigé par Marc Ordaz qui nous a très chaleureusement accueillis. L’Institut compte 389 élèves et constitue un lieu important d’échanges pour le public francophone et francophile de Stavanger.

12311268_10153397282503893_6834840672590443203_n

L’Institut français de Stavanger

J’y ai rencontré Monsieur Leif Johan Sevland, Consul honoraire de France à Stavanger. M. Sevland, en plus d’avoir été Maire de Stavanger, est aussi le Président de l’Offshore Northern Seas (ONS) qui vient d’organiser à Stavanger le salon ONS 2016 dédié aux applications offshore qui s’est déroulé du 29 août au 1er septembre.

leif

Leif Johan Sevland, Consul honoraire de France à Stavanger

Cette belle journée s’est ensuite terminée par une rencontre avec Stavanger Accueil. Stavanger Accueil a pour rôle d’accueillir les familles francophones, faciliter leur intégration et donner l’occasion aux francophones de se rencontrer et de créer des liens au travers d’évènements, d’activités relatés sur leur site web (http://www.stavangeraccueil.com/wordpress/) et leur page Facebook (https://www.facebook.com/stavangeraccueil/). En 2015/2016, environ 80 familles étaient membres de l’association soit plus de 250 personnes.

istacc

Stavanger Accueil

Beaucoup de sujets importants ont été soulevés lors de cette rencontre : l’intégration professionnelle des conjoint(e)s d’expatrié(e)s, avec notamment le problème de la barrière de la langue, la question du bureau de vote pour les élections présidentielles de 2017 et la scolarisation des enfants français au lycée français de Stavanger. Pour ce qui concerne l’intégration professionnelle des Français en Norvège, je salue le travail de Français du monde–ADFE Norvège, la Chambre de Commerce Franco-Norvégienne (CCFN) et Oslo Accueil qui ont lancé les « Petits-déjeuners Emploi et Entreprenariat », avec le soutien de S.E.M. Jean-François Dobelle, Ambassadeur de France en Norvège afin de renforcer leur soutien aux Français et francophones en recherche active d’emploi. Ces matinées consacrées à l’emploi et l’entreprenariat auront lieu de 8h30 à 10h30 dans les locaux de la CCFN, Oscarsgate 27, à Oslo. Un programme sur-mesure a été élaboré, et réuni, grâce au réseau de la CCFN, des spécialistes sur le sujet. Autour d’un petit-déjeuner convivial, les ateliers permettront aux Français en recherche d’emploi de mieux appréhender les spécificités du marché du travail en Norvège et d’optimiser leurs stratégies de recherche d’emploi ou de création d’entreprises. La 1ère édition des « Petits-déjeuners Emploi et Entreprenariat » se tiendront les mercredis 7, 14 et 21 septembre 2016. J’encourage vivement les Français basés en Norvège et intéressés par ces ateliers à s’y rendre (inscriptions obligatoires ; pour plus d’informations, cliquez ici).

Pour terminer cette belle journée, j’ai pu échanger avec des Français installés de longue date à Stavanger sur la vie politique française et la place de la France dans le monde en 2016. Ce fut un très bel échange, très enrichissant. Je remercie Marc Ordaz de nous avoir accueillis dans les locaux de l’Institut français, permettant ainsi ces rencontres.

dsc_1975