La rentrée scolaire des établissements français à l’étranger

aefe

En cette rentrée scolaire 2016-2017, plus de 340 000 élèves sont inscrits dans un des 495 établissements homologués du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), répartis dans près de 140 pays à travers le monde.

Sur ces 495 établissements homologués par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 74 sont gérés directement par l’Agence (établissements en gestion directe, EGD), 156 ont passé une convention avec elle (établissements conventionnés) et 265 autres sont des établissements partenaires.

Je salue l’augmentation d’établissements disposant du Label FrancEducation dont le nombre est passé de 91 établissements labellisés en 2015 à 157 en cette rentrée 2016. Ce label lancé en 2012 s’inscrit dans une logique de partenariat et de coopération éducative pour un enseignement bilingue en français et dans la langue du pays où se situe l’établissement scolaire. A titre d’exemple, plus de 25 000 élèves sont inscrits dans un établissement labellisé FrancEducation aux Etats-Unis.

Comme chaque année, le réseau pourra compter sur un haut niveau d’excellence pédagogique grâce, notamment, au développement du pôle expertise qui voit le recrutement de deux inspecteurs pour le suivi de l’homologation, au renforcement du dispositif de formation des personnels (particulièrement des personnels recrutés locaux) et au rôle des enseignants à mission de conseil pédagogique.

Rappelons qu’en 2015, plus de 14 000 élèves ont obtenu leur baccalauréat dans l’un des établissements de l’AEFE – dont les résultats avoisinent les 97% de réussite – dont 73% d’entre eux avec mentions dont 22% de mention « très bien ». Soulignons également qu’à cette occasion, la correction de l’ensemble des copies du bac a été dématérialisée pour l’ensemble des établissements, ce qui constitue une première depuis la création du réseau.

En matière de sécurité, cette rentrée a également vu la communication d‘instructions spécifiques aux chefs d’établissement dont les liens avec l’officier de sécurité du poste diplomatique vont être particulièrement renforcés. Un conseiller sécurité rattaché à la direction de l’Agence a d’ailleurs été recruté à cette fin afin de coordonner l’ensemble des actions et des questions liées à la sécurisation des établissements.

Le nouveau contrat d’objectifs et de moyens 2016-2018, pour lequel j’avais eu l’occasion de mener un rapport pour avis à retrouver ici, signé avec le Ministère des Affaires étrangères et du développement international prévoit, entre autres, un nouveau schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI) avec un financement de 110,7 M euros jusqu’en 2020.

Enfin, je tenais à saluer tout particulièrement la création de l’observatoire pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, c’est-à-dire les élèves souffrant d’un handicap, d’une maladie chronique, ceux victimes de dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie ou dyscalculie ou, plus généralement, les élèves ayant de grandes difficultés d’apprentissage, d’adaptation et d’attention, qui représentent environ 8 à 10% d’une classe d’âge .

A cet effet, le réseau soutient, dans le cadre d’une école inclusive, une meilleure prise en compte des besoins spécifiques de tous les élèves, quelle que soit leur nationalité, dans les contextes diversifiés des établissements d’enseignement français homologués, qui à la différence de la France, ne disposent pas de structures spécialisées. Cette prise en charge est essentielle dans la mesure où 50% des enfants « DYS » sont en échec scolaire.

L’objectif est de développer, sans frais d’inscription supplémentaires, des parcours d’inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers et de les accompagner, ainsi que leur famille, le plus longtemps et dans les meilleures conditions possibles, y compris dans la perspective d’une sortie de l’établissement chaque fois qu’il n’est plus en mesure de représenter un avantage pour l’élève.

J’ai eu l’occasion de m’entretenir lors de mon dernier déplacement à Londres avec Hervé Glaser, le directeur de la nouvelle école CERENE, localisée au sein du Lycée Français Winston Churchill (LWC) à Wembley. Cette école, qui ouvrira ses portes très prochainement, prendra prioritairement en charge les enfants présentant les troubles spécifiques décrits ci-dessus. L’école s’appuiera sur une pédagogie adaptée pour permettre aux enfants d’accéder aux contenus scolaires sans être gênés par leur format. L’école CERENE se fixe comme objectif celui de réintégrer ces enfants dans le système traditionnel sur une période de 2 à 4 ans dans un des établissements du réseau.