Compte-rendu de mon déplacement à Vilnius (24-25 septembre)

Parler des Etats baltes de manière uniforme n’a pas beaucoup de sens, c’est en tout cas la conviction acquise lors de ce deuxième déplacement à Vilnius. L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont extrêmement diverses même si elles partagent des préoccupations communes sur leur système de défense et leur positionnement géopolitique Est-Ouest. En revanche, je sens qu’il existe une relation baltico-nordique très forte de par la présence d’entreprises et de banques suédoises en Lituanie et de par l’histoire. Cette histoire commune remonte à la guerre de Livonie qui a vu s’affronter de 1558 à 1582 la Russie à une alliance formée du Danemark, de la Suède, du grand duché de Lituanie et du royaume de Pologne. Le retournement de situation a eu lieu à la fin de ce conflit et voit une victoire de la fédération duché de Lituanie-Pologne face à la Russie. Une visite au Palais des Grands Ducs de Lituanie était nécessaire pour prendre la mesure de la situation actuelle de la Lituanie dans l’Union européenne et face à la Russie.

img_5101

La statue du grand-duc Gediminas à Vilnius

Au cours de ce séjour, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec notre ambassadeur Philippe Jeantaud (http://www.ambafrance-lt.org/L-ambassadeur-a-recu-le-depute-des-Francais-etablis-en-Europe-du-Nord) qui m’a rappelé précisément les positions du gouvernement lituanien après le vote sur le Brexit. Ce fut l’occasion de rappeler la nécessité d’améliorer nos relations bilatérales avec tous ces pays, d’autant plus qu’ils comptent dans les décisions prises lors des Conseils européens. La France a une stratégie d’alliances politiques à défendre et ce serait un contresens méthodologique de simplement s’imaginer qu’elle pèse uniquement par son histoire dans le processus européen. Il y a des espaces diplomatiques et politiques à reconquérir et de ce point de vue les contacts avec nos homologues lituaniens sont essentiels pour la visibilité de nos positionnements dans ces pays et en Europe. La boussole lituanienne fonctionne selon un axe politique visible Ouest-Est sur les questions défense et un axe Nord-Sud économique et plus discret avec notamment le lien à la coopération nordique. De là à dire que les permanences de l’histoire économique se retrouvent avec un tracé imitant la ligne hanséatique, il n’y a qu’un pas.

img_5053

Ici avec M. Philippe JEANTAUD, ambassadeur de France en Lituanie

J’ai eu ensuite l’honneur de participer à un dîner avec l’association Français du Monde en Lituanie au Café Montmartre de Vilnius. Ce fut l’occasion entre autres d’y retrouver Bertrand Jacob et Mahmoud Idir qui ont insisté sur la nécessité de développer une relation franco-lituanienne de terrain avec les associations et des actions centrées sur le bilinguisme.

Avec l’association Français du Monde en Lituanie

Les migrations apportent des liens concrets outre une diplomatie économique essentielle. Mahmoud Idir est boulanger à Vilnius, il ne vend pas seulement du pain mais surtout l’image d’un savoir-faire, un style, une mentalité et ce qui fait la force de notre pays. Il a développé une expérience et la connaissance d’un environnement entrepreneurial et financier pour pouvoir établir son activité. Des histoires passionnantes que je suis au fil des portraits des Français en Europe du Nord. La question que je me pose, en lien avec mes activités au sein de la Délégation au droit des femmes à l’égalité des chances entre hommes et femmes, est celle de la migration et de l’établissement de nos compatriotes à l’étranger. Quel est le poids de la dimension genrée ? Avons-nous plus d’hommes qui migrent et qui suivent leur compagne que l’inverse ? Autant de questions qui seraient précieuses à affronter du point de vue de la recherche et que j’avais soulevées lors d’auditions précédentes. Je rencontre beaucoup d’entrepreneurs masculins à l’étranger et je me dis que nous avons encore du chemin à faire pour équilibrer ces trajectoires du point de vue du genre. Dans le lien au commerce extérieur, nous gagnerions à intégrer cette dimension du gender-budgeting que nous trouvons dans d’autres pays comme la Belgique, l’Espagne et l’Autriche.