Réponse à ma question écrite sur la situation de prisonniers en Corée du Sud

Retrouvez l’intégralité de ma question écrite et et de la réponse de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international ici.

Il m’avait paru nécessaire en juin dernier d’attirer l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur la situation de prisonniers en Corée du Sud étant donné qu’un certain nombre de décisions politiques en Corée du Sud ces dernières années ont porté préjudice aux libertés syndicales et à l’expression du pluralisme politique. Dans ce contexte, je voulais savoir si le ministère entendait adopter une stratégie d’influence pour contribuer à l’expression d’un pluralisme politique.

Texte de la réponse

Les relations entre la France et la Corée sont fondées sur le respect de principes communs en matière de démocratie et de droits de l’Homme. La France défend le respect et la protection des droits de l’Homme partout dans le monde. M. Park Rae-gun, membre de l’organisation Coalition 4.16 constituée par les familles des victimes du naufrage du ferry Sewol le 16 avril 2014, a été arrêté en 2015 pour organisation de manifestation non autorisée, dégradation de biens publics, obstruction sur la voie publique et diffamation. Le tribunal central de Séoul l’a condamné le 22 janvier 2016 à trois ans de prison avec sursis et à 160 heures de travaux d’intérêt général. A la suite de l’organisation en novembre 2015 par la Korean Confederation of Trade Unions (KCTU) de manifestations populaires non autorisées par les pouvoirs publics, plusieurs dirigeants et militants syndicaux ont été arrêtés et font l’objet de poursuites. La France suit avec attention la situation de ces personnes, ainsi que les suites judiciaires données à cette affaire.