Infolettre du 18 novembre

Une nouvelle infolettre a été publiée. Je vous en souhaite une bonne lecture.

Madame, Monsieur, chères et chers concitoyens d’Europe du Nord,

Le paysage politique s’assombrit avec l’élection américaine dans une Europe déchirée, coincée entre une illisibilité bureaucratique et une demande souverainiste. Back to politics, celle des choix risqués avec une ligne politique assumée et un projet pour la France de demain. Back to politics, pour nouer des alliances avec les pays européens souhaitant installer un rapport de force afin de rétablir une cohérence du projet européen. Back to politics pour décliner les politiques publiques nécessaires pour mettre en œuvre la transition énergétique et l’application de l’accord de Paris de décembre 2015, accord qui reste la plus belle conquête de ce quinquennat qui s’achève. Les défis sont immenses et collectifs, l’important étant d’avoir une vision claire du fonctionnement de l’État pour que ces politiques puissent être suivies.

Dans l’identité de la France, Fernand Braudel expliquait qu’historiquement, la France, contrairement à l’Angleterre, avait manqué le Sea power, étant trop tournée vers l’intérieur du territoire. Avec la proposition de loi votée sur l’économie bleue, la France pourrait réinvestir efficacement dans ses infrastructures portuaires pour porter un projet de développement. Avoir des métropoles portuaires capables d’améliorer ces communications, voici une piste de réflexion permettant à la fois d’améliorer notre système de pêche, mais également d’avoir un regard sur la préservation de l’écosystème marin. À l’heure où une partie de notre littoral se trouve en danger de submersion, faire de l´eau et des mers un enjeu économique et écologique peut se révéler être la clé de notre évolution de demain. Étant présente sur tous les continents, la France pourrait opportunément donner une impulsion essentielle à une forme de diplomatie maritime. À quand un fonds mondial pour l’eau pour financer des politiques ambitieuses sur ce bien commun universel ?

Avec mes sentiments dévoués,

Christophe Premat