Ma question écrite sur la création d’un grand festival participatif des musiques francophones

J’avais, il y a quelque temps, attiré l’attention de la secrétaire d’État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargée du développement et de la francophonie sur la nécessité de créer un grand festival participatif des musiques francophones centré sur le multilinguisme et la diversité. Je défendais l’idée d’un grand spectacle de polyphonie francophone afin de renforcer la promotion de la francophonie.

Dans sa réponse à ma question écrite, la secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie rappelle le grand nombre et la richesse des événements musicaux au service du développement, de la Francophonie et de la diversité, que ce soit en France ou à l’international. En France, la mise en valeur des musiques d’expression francophone est portée par des festivals soutenus par le ministère de la Culture et de la Communication comme par exemple Les Francofolies, événement emblématique et influent qui réunit chaque année près de 110 000 spectateurs. Des projets de développement du festival en Afrique sont à l’étude et un concours d’artistes francophones, spécifiquement tourné vers les artistes francophones du monde entier a été lancé. D’autres festivals allient programmation centrée sur le multilinguisme et la diversité culturelle : Les Vieilles Charrues à Carhaix, dans le Finistère, et Les Eurockéennes de Belfort, notamment, dans le domaine des musiques actuelles. Pour les musiques du monde, le festival Musiques Métisses à Angoulême permet l’expression de la diversité musicale et la diffusion de la culture francophone. A l’étranger, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) soutient la mise en œuvre d’actions pérennes portées par des partenaires locaux en zones francophones et non-francophones. En Afrique, de nombreuses initiatives sont soutenues par l’Institut Français (IF), opérateur du MAEDI, pour promouvoir la diversité culturelle : le FEMUA, en Côte d’Ivoire, le FESTA2H, au Sénégal, le Assalamalekoum Festival, en Mauritanie, le Festival Air d’Ici, en République démocratique du Congo, le Azgo Festival, au Mozambique, L’boulevard Festival, au Maroc, le Festival de Jazz de Ouagadougou, au Burkina Faso. Ces festivals, qui rencontrent une large audience, promeuvent la langue française et les musiques francophones. La secrétaire d’État rappelle également que les opérateurs de l’audiovisuel extérieur ont un grand rôle à jouer et relaient certaines initiatives. Enfin, « Le Grand Tour, voyage en Francophonie » proposera un voyage tout au long de l’année 2017, dans l’espace francophone, autour de cent grands événements sélectionnés sur les cinq continents. Le programme du Grand Tour sera composé de festivals de musique et de chanson, de littérature et de poésie, de théâtre et de cinéma dans tout l’espace francophone.

Retrouvez ma question écrite et la réponse de la secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie ici.