Débat avec le parti populaire danois sur le rôle des frontières et de Schengen

Je suis intervenu sur la BBC le 23 décembre pour débattre avec Kenneth Berth, député et porte-parole du parti populaire danois pour les Affaires européennes, du rôle des frontières et de l’espace Schengen. Ce débat n’est pas nouveau mais a ressurgi à l’occasion de la capture et de la mort, à Milan, de l’auteur présumé de l’attentat de Berlin. Il est pour moi évident que la fermeture de nos frontières ne permettrait en rien d’empêcher les attaques terroristes. Ceci est une fausse idée. Un contrôle complet des frontières n’est d’ailleurs pas possible, les aéroports constituant des frontières à l’intérieur de nos frontières. Suite aux attentats du 13 novembre à Paris, François Hollande avait annoncé le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières françaises pour faire face à la menace terroriste et rassurer. Cela était nécessaire au vu de la situation. Mais il n’a pas s’agit de fermer nos frontières, ce qui n’est ni désirable ni utile sur le long-terme et ce qui est également très coûteux. C’est en revanche sur les frontières extérieures de l’Union européenne qu’il faut se focaliser en améliorant le partage d’information entre États.