La Cour des comptes appelle à réduire le coût du vote des Français établis hors de France

Dans un référé rendu public mardi 10 janvier, la Cour des Comptes juge le coût de l’organisation du vote des Français de l’étranger très élevé. Elle recommande très justement de réduire les dépenses notamment grâce à la modernisation du processus de vote, via la mise en place du vote électronique et la dématérialisation de l’envoi de la propagande électorale. 

 
Sur la période 2011-2014, marquée par quatre scrutins, le coût de l’organisation du vote des Français établis hors de France s’est élevé à 34,3 millions d’euros pour « une faible participation », malgré les facilités offertes (42,1% au second tour de la présidentielle 2012, contre 80,4% en France, et 11% aux élections européennes de 2014, contre 42,4% en France).
Ainsi, « la dépense par inscrit est nettement supérieure pour les inscrits à l’étranger par rapport aux inscrits en France, avec un écart de l’ordre de un à trois pour les élections présidentielle et législatives de 2012 (20,50 euros à l’étranger contre 7,45 euros en France) »
 
Selon le rapport, l’organisation des scrutins comporte également de nombreuses faiblesses, avec en particulier une liste électorale consulaire « pas complètement fiable » et la présence « d’électeurs fantômes » avec lesquels aucun contact ne peut être établi. A titre d’exemple, en 2011, ces derniers ont été évalués à 6,3% des inscrits à Londres.
De nombreuses défaillances ont en outre été constatées lors du vote par correspondance.
 
Le vote électronique est préconisé dans les conclusions du référé. Même s’il encore jugé peu satisfaisant, en raison de nombreuses difficultés techniques constatées en 2012 et 2014, son développement permettrait de réduire les coûts d’organisation des scrutins, « sans dégrader le niveau de participation ». Après chaque scrutin pour lequel il serait possible de voter par internet, il faudrait prévoir la publication d’un rapport par le bureau de vote électronique sur la régularité et la conformité du vote. 
La Cour des comptes recommande également de supprimer le vote par correspondance pour les législatives et d’améliorer la fiabilité des listes électorales, en mettant fin à la double inscription (France et étranger) et en simplifiant les radiations.
 
(sources : AFP et référé de la Cour des comptes, à retrouver ici)