#12 BREXIT – TÉMOIGNAGE D’UN FRANÇAIS AU ROYAUME-UNI

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Pour des raisons professionnelles. Après l’obtention d’une thèse d’université j’ai effectué un post-doc à l’Université de Cambridge est j’ai postulé à un emploi d’enseignant en Grande Bretagne.

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

Aucun changement dans ma vie sociale.  Winchester la ville ou je réside a majoritairement voté en faveur de l’Union Européenne.  En revanche, j’ai à deux reprises expérimenté des interactions que l’on pourrait qualifiée de discriminatoires.  La première a eu lieu peu après le référendum (début juillet) quand j’ai téléphoné au Home Office, la personne qui m’a répondu a été ouvertement hostile, feignant de ne pas comprendre mon anglais et prétendant que je confondais le nom avec le prénom. La seconde est plus récente, s’agissant d’un comptable à qui je demandais des renseignements d’imposition bilatérales, m’a dit qu’une autre possibilité était démissionner de mon poste à l’université et de rentrer en France.  Je n’accorde aucune attention à ce type de commentaire, il démontre cependant l’existence d’attitude fondamentalement différente entre une attitude Européenne (quelque soit notre nationalité) et une attitude nationaliste.

3) Dans quelle mesure ce vote a-t-il influencé la relation que vous entretenez avec le pays et avec les Britanniques ainsi que vos projets futurs (en termes d’activité professionnelle, de mobilité et de choix lié à la nationalité) ?

Je vais devoir prendre des décisions dans les deux années qui viennent, décision que je ne comptais pas considérer avant 2020-22. Mon attitude vis à vis des Britanniques n’a pas changé.  Dans l’enseignement supérieure il me semble que la culture est essentiellement européenne. Beaucoup d’Anglais sont européens, à leur manière, comme chacun d’entre nous et sont soucieux de préserver leur liberté d’échange et de circulation.  

4) Quelles sont vos attentes vis-à-vis des gouvernements français et britannique, et de l’Union européenne ?

J’aurais souhaité voir plus de solidarité Européenne s’exprimer de la part de l’Europe envers les 48 % de Britanniques qui souhaitaient poursuivre la construction de l’Europe.  J’ai entendu qu’il y aurait peut-être un statut spécial accordé à ceux qui souhaitent préserver leur identité européenne. Mes attentes vont dans ce sens, c’est à dire de donner à l’individu la possibilité de déterminer lui-même son identité Européenne.