#15 Brexit – Témoignage d’une Française au Royaume-Uni

telechargement

1) Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous installer au Royaume-Uni ?

Je suis venue m’installer à Edimbourg en 2009, après avoir obtenu mon diplôme de Master en France. Ayant fait des études d’anglais, dont une année en Irlande en échange, j’avais découvert Edimbourg lors d’un séjour touristique et j’envisageais de m’y installer depuis plusieurs années. Il s’agissait d’un choix personnel, motivé par mon intérêt pour cette ville, plutôt qu’un choix lié à des motivations pratiques telles que la recherche d’emploi.

2) Quel est votre ressenti et quelle est votre expérience, en tant que Français établi au Royaume-Uni, depuis le vote Brexit du 23 juin ?

Travaillant dans le secteur des relations internationales, mon environnement professionnel comprend beaucoup de ressortissants européens. Le Brexit a donc été un sujet de discussion au travail et les inquiétudes sont palpables, d’autant plus que dans le milieu universitaire les collaborations UK-Europe sont cruciales aux échanges étudiants et à la recherche académique. En-dehors du travail, je n’ai pas ressenti de changement d’attitude particulier à mon égard. 

3) Dans quelle mesure ce vote a-t-il influencé la relation que vous entretenez avec le pays et avec les Britanniques ainsi que vos projets futurs (en termes d’activité professionnelle, de mobilité et de choix lié à la nationalité) ?

Mon emploi est directement lié au programme Erasmus, financé par la Commission Européenne, et j’ai donc l’impression de courir un risque de précarité plus grand qu’avant le vote. Si le programme s’arrête, je n’aurai aucune garantie de conserver un poste équivalent. J’ai décidé de postuler pour obtenir la double nationalité, afin de pouvoir être sûre d’avoir le droit de rester en Ecosse et de postuler si besoin à un nouvel emploi après le Brexit.

La situation a aussi influencé certains projets personnels: avec mon compagnon, australien, nous prévoyions une année de césure en Australie en 2017. Suite au vote, nous avons décidé de repousser ce projet. Je ne veux pas risquer de quitter le Royaume-Uni pour plus de 3 mois avant d’avoir obtenu la double nationalité, car j’ai trop peur de ne pas pouvoir revenir si les régulations concernant l’immigration changent entre-temps.

4) Quelles sont vos attentes vis-à-vis des gouvernements français et britannique, et de l’Union européenne ?

Je souhaite que les gouvernements fassent de la question des ressortissants européens installés en Écosse une priorité du débat, et qu’ils évitent d’utiliser les citoyens comme un moyen de négociation. J’attends aussi que le gouvernement britannique s’engage à protéger les droits des ressortissants européens qui sont installés depuis plusieurs années, et qui disposent de liens professionnels et personnels bien établis au Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique doit aussi assumer les conséquences du vote en mettant en place les mesures nécessaires au plus vite. Il semblerait que des délais importants soient attendus concernant les demandes de carte de résidence et de naturalisation. Il est inadmissible que les ressortissants européens, légitimement inquiets des conséquences du vote, doivent en plus souffrir de délais d’attente excessifs dans leurs démarches pour conserver leurs droits. Le Royaume-Uni doit tout mettre en œuvre pour faciliter ou accélérer les démarches des citoyens européens et s’assurer que les dossiers seront traités au plus vite.