Protection des zones humides : le cas du projet de golf à Villenave-d’Ornon

golf4

Nous célébrions il y a quelques jours le 46ème anniversaire de la signature de la Convention de Ramsar, connue sous la dénomination officielle de Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau et couramment appelée convention sur les zones humides. Ce traité international  pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides adopté dans la ville iranienne de Ramsar le 2 février 1971, vise à enrayer leur dégradation ou leur disparition, aujourd’hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative.

J’avais alerté dans une question écrite (ici) déposée en décembre dernier Madame Barbara Pompili, la secrétaire d’État auprès de la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, chargée de la biodiversité sur un projet de construction d’un terrain de golf à Villenave d’Ornon, à proximité de Bordeaux.

La présence sur ce terrain d’une zone humide en cours d’aménagement, qui verra la création prochaine d’un de golf et de quartiers résidentiels, apparaît pour les défenseurs de l’environnement et des espèces animales et de la biodiversité comme un exemple emblématique de leur combat en faveur de ces espaces qui jouent un rôle primordial pour la régulation de la ressource en eau, dans l’épuration et la prévention des crues.

article-premat-plantation-001